Sénégal: Inhumation de Binta Camara - La famille et les tambacoundois «surpris» par le présumé meurtrier

Binta Camara repose au cimetière du quartier Saré Guilèle. Des milliers de personnes l'ont accompagnée hier, mardi 21 mai, à sa dernière demeure.

Parmi eux, un certain Ako Diop, le préposé au gardiennage dans le domicile de son père, désormais ex-suspect numéro 1 dans cette affaire qui avait même été placé en garde de vue près de 48 h durant. Il était libéré la veille quand Alioune Badara Fall a été alpagué.

Une foule inestimable a accompagné Binta Camara hier, mardi 21 mai, à sa dernière demeure. Durant la prière mortuaire, l'imam ratib de Tambacounda a grandement magnifié les qualités de la défunte, sa discipline, son amour du prochain et son attachement à sa religion.

Son père a pris la parole, avec une voix à peine audible, pour exprimer sa gratitude à l'endroit du peuple sénégalais et des populations de Tambacounda.

«J'aurai pu être seul dans cette terrible épreuve mais, du président de la République à l'ensemble des Tambacoundois, en passant par mon ministre de tutelle, Me Sidiki Kaba, les Sénégalais de la diaspora, les autorités administratives et locales, les notabilités coutumières et religieuses, les mouvements associatifs, tous, m'ont réconforté en partageant avec moi, cette douleur.

Je tiens à les en remercier vivement», a déclaré Malal Camara. Une cérémonie de récital de coran a été organisée par les imams et oulémas de Tambacounda à la mémoire de Binta Camara.

Ako Diop libre et Alioune Badara Fall dans les liens de la détention

Après près de 48 h de garde à vue, Ako Diop, le commis au gardiennage dans le domicile du directeur général de l'ADL et non moins militant très en vue de l'APR, hume l'air de la liberté depuis lundi dernier à partir de 18 heures.

C'est désormais Alioune Badara Fall qui sera interpellé comme présumé meurtrier. Lui aussi, un habitué de la maison des Camara et animateur du groupe politique de Malal Camara. Ce denier est le père de la victime. Il est enseignant à la retraite.

«Malal Camara a doublement mal car, il a perdu sa fille dans des conditions atroces et il peinait à croire qu'un fils de Tambacounda puisse commettre un tel acte, encore moins un fils adoptif, de surcroit, un ami de sa fille Binta Camara», nous a confié Boubacar Sakho, le coordonnateur des activités politiques de Malal Camara.

M. Sakho d'ajouter «que Malal Camara et son épouse s'en remettent à Dieu, surtout qu'un incroyable et inestimable élan de solidarité s'est manifesté à leur endroit et à l'endroit de toute la famille».

Ako Diop, le suspect numéro 1 dans cette affaire qui alimente encore toutes les conversations, soutiendra ne jamais douter un seul instant qu'il allait «recouvrer la liberté» car ne pouvant un seul instant penser du mal pour Binta Camara qui était tout pour lui.

«Elle m'a même offert un tissu pour mon épouse à la veille de son décès», a-t-il révélé, inconsolable au moment de l'enterrement.

Des femmes et étudiants préparent une procession Bâ Oumou Diallo, la deuxième maire adjointe de Tambacounda et non moins activiste des causes féminines soutiendra préparer avec les femmes de Tambacounda, une grande marche dans les tous prochains jours.

«Il est inadmissible qu'en un temps record, plusieurs crimes ou actes barbares et répréhensibles soient commis sur de pauvres femmes», a-t-elle pesté avant d'inviter les pouvoirs publics centraux à renforcer les dispositions sécuritaires du pays afin «d'installer la peur dans le camp des malfrats».

Des étudiants et élèves ressortissants de Tambacounda à Dakar et Saint-Louis aussi, projettent une grande procession le week-end prochain, histoire de s'insurger contre le cas de Binta Camara et autres crimes du genre et pour réclamer justice à la hauteur des délits.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.