Cameroun: Chemin de fer - La réhabilitation au programme

Les tronçons BelaboNgaoundéré et DoualaYaoundé sont concernés par ces travaux au cœur de la 30e session du comité des infrastructures ferroviaires le 17 mai dernier.

Le Comité des infrastructures ferroviaires (Comifer) a tenu la 17 mai dernier à Yaoundé sa 30e session. Les travaux étaient dirigés par Jean Ernest Masséna Ngalle Bibehe, président dudit comité et par ailleurs ministre des Transports (MinT). Les échanges ont porté entre autres sur la problématique de l'occupation des emprises ferroviaires, l'acquisition de nouveaux matériels roulants ainsi que le renouvellement de la voie ferrée.

D'après le directeur des travaux ferroviaires et routiers au MinT, Claude Ntone Misse, la sensibilisation des populations en rapport avec l'occupation des emprises ferroviaires est nécessaire. « C'est une situation préoccupante. Il est question de continuer les campagnes de sensibilisation en vue d'obtenir des comportements plus responsables », espère-t-il.

Pour ce qui est des travaux à exécuter, il faut noter que le gouvernement a lancé un vaste programme de renouvellement des infrastructures ferroviaires. Celui-ci concerne essentiellement deux tronçons : Belabo-Ngaoundéré qui fait environ 330 kilomètres et DoualaYaoundé long de près de 230 kilomètres. A terme, la ligne utilisée actuellement sera entièrement rénovée. Il faut dire que les autres parties le sont déjà sur les projets antérieurs. Quant aux travaux des deux tronçons concernés, ils démarrent bientôt, le temps que les études de faisabilité et de capacité de transport en cours s'achè vent.

De son côté, le directeur général de Camrail, Pascal Miny a parlé du matériel en cours d'acquisition, en l'occurrence 25 voitures voyageurs, cinq autorails et des locomotives. Des équipements selon lui qui devraient entrer en service dès l'année prochaine. « En matière ferroviaire, lorsqu'une commande est signée, il faut à peu près un an de réalisation de travaux avant la livraison défi nitive », explique le DG. Pascal Miny est notamment revenu sur la rénovation de la voie ferrée pour dire qu'après 50 ans d'existence, elle commence à présenter des signes de fatigue. « Même si elle est bien entretenue, des rénovations s'imposent », indique-t-il.

Les projets de rénovation de ces deux lignes sont soutenus à la fois par la Banque mondiale et la Banque européenne d'investissement. Le coût d'investissement des travaux est estimé à 400 millions d'euros soit environ 300 milliards de F. Cependant, il faut dire que la réhabilitation de ces voies ferrées de près de 600 kilomètres prendra un certain nombre d'années.

« Il faut à peu près trois ans pour que la totalité des travaux soit effectuée. Avec une perspective qu'en 2025, nous devons avoir un chemin de fer quasiment neuf », a conclu Pascal Miny.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.