Libye: Reprise des combats dans la banlieue de Tripoli

Emmanuel Macron.

Après plusieurs jours de statu quo, les combats ont repris ce mardi en Libye, en banlieue de Tripoli. Les forces du GNA, le Gouvernement d'union nationale, auraient lancé une offensive sur certaines positions tenues par le maréchal Haftar. Ce mercredi, la situation est encore très floue et aucun bilan n'est disponible.

Ce mercredi, il y a encore des escarmouches, mais rien de comparable aux combats qui ont éclaté ce mardi. Depuis le centre-ville de Tripoli, on pouvait entendre le grondement des tirs d'artillerie.

Les assauts les plus violents se sont déroulés en périphérie de la capitale, notamment en banlieue sud dans le quartier de Salahedinne.

Il semblerait que ce soit les forces du Gouvernement d'union nationale qui aient relancé l'offensive après plusieurs jours d'accalmie. Le porte-parole du GNA affirme que l'armée a gagné du terrain : au moins deux ou trois kilomètres selon lui.

Moustafa Al Meiji précise que des avions de chasse ont mené des frappes aériennes sur une caserne occupée par les forces du maréchal Haftar.

Depuis le début du ramadan, les deux camps campaient sur leurs positions et les deux leaders refusent toujours l'idée d'un cessez-le-feu. L'émissaire de l'ONU en Libye, Ghassan Salamé, a mis en garde hier les pays qui continuent de violer l'embargo sur les armes instauré en 2011.

La Turquie a notamment livré, il y a deux jours, une trentaine de véhicules blindés au Gouvernement d'union nationale sans que les Nations unies interviennent.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.