Burkina Faso: Justice pour Salifou Nébié - Le collectif «appelle à la conscience des juges pour que cette affaire ne soit pas enterrée»

24 mai 2019. Voilà déjà cinq (05) ans que le corps sans vie du juge constitutionnel Salifou Nébié, a été retrouvé sur la route de Saponé. Sa mort cruelle et soudaine était intervenue dans un contexte national trouble marqué par la volonté du pouvoir d'alors de réviser l'article 37 de la constitution.

Alors qu'une certaine opinion tentait de vendre la thèse de l'accident, notre conviction était faite qu'il s'agissait d'un assassinat pur et simple.

Le Collectif Justice pour Salifou Nébié a ainsi vu le jour dès le lendemain de cet assassinat en vue d'exiger toute la lumière sur cette ignoble forfaiture.

A l'occasion du cinquième anniversaire de ce crime odieux, le Collectif tient une fois de plus à s'incliner devant la mémoire de ce digne et chevronné magistrat.

Il n'a eu de cesse de dénoncer le rapport d'autopsie truqué, produit par le médecin-légiste français Stéphane Chochois, commandité et fabriqué pour brouiller les pistes.

Le juge Théophile Nana qui avait été commis à l'instruction a malheureusement et brutalement disparu le 3 décembre 2015 dans des circonstances qui demeurent obscures.

Le collectif salue également la mémoire de cet autre juge qui vraisemblablement avait abattu un immense travail dans le cadre de l'affaire Nébié.

L'on se demande aujourd'hui où en est le dossier au plan judiciaire ? Le collectif s'inquiète de ce silence et exprime son étonnement et sa déception face à ce désintérêt manifeste.

Nous nous interrogeons légitimement si cet énième assassinat perpétré sous le régime Compaoré restera sans assassin, à l'instar des nombreux autres crimes de sang.

Le Collectif exprime d'autre part sa perplexité face à ce qu'il considère comme un manque de volonté des confrères de Salifou Nébié de faire aboutir l'affaire et en appelle à la conscience des juges pour que cette affaire ne soit pas enterrée.

Comme nous l'avions annoncé dans notre déclaration de l'année dernière, dans le but de perpétuer la mémoire de l'illustre juge constitutionnel, le Collectif a entrepris un plaidoyer pour que le palais de justice de Léo soit rebaptisé « Palais de justice Salifou Nébié ».

De même nous plaiderons auprès des autorités municipales de Ouagadougou et de Léo pour qu'une rue porte le nom de Salifou Nébié dans chacune des deux villes.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Burkina Faso

Plus de: Fasozine

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.