Burkina Faso: Justice - Les greffiers suspendent leur «mouvement d'humeur»

Le 19 avril 2019, le «mouvement d'humeur» du corps des greffiers a entraîné une suspension des audiences au niveau des juridictions de l'ordre judiciaire et administratif.

Les greffiers, qui ont décrété un arrêt illimité de travail sans consulter leurs syndicats réclament trois choses au gouvernement.

Il s'agit de la «reprise du reversement des greffiers dans la loi N°054-2012/AN du 18 décembre 2012 afin de résoudre le problème de l'entassement des promotions et les pertes d'échelons».

Il s'agit également de «l'adoption des décrets d'application de la loi N°054-2012/AN du 18 décembre 2012 portant statut du personnel de corps des greffiers».

Enfin, ils réclament «La fin du tripatouillage, par certains proches du Grade des sceaux, des projets de textes après les travaux des comités de validation surtout en leur dispositions favorables aux greffiers».

Dans la déclaration qu'ils publient, les syndicats des greffiers disent observer des avancées dans les négociations et les engagements pris par les autorités par rapport à leurs préoccupations.

«Prenant en compte l'immense souffrance qu'endurent les populations et par souci d'apaisement, ont œuvré à obtenir des greffiers la suspension du mouvement et la reprise immédiate du travail pour compter du lundi 20 mai 2019 dans l'ensemble des juridictions», écrivent-ils.

Les syndicats attendent du gouvernement un traitement diligent des dossiers et le respect des engagements pris.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Burkina Faso

Plus de: Fasozine

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.