Congo-Brazzaville: Jeunesse - La tutelle réglemente l'accueil collectif des mineurs

Le nouveau dispositif d'encadrement de la jeunesse institué par le Conseil des ministres, lors de sa dernière réunion du 16 mai à Brazzaville, a fait l'objet d'une conférence de presse qu'a animée, le 21 mai, la ministre Destinée Hermella Doukaga, pour mieux relayer l'information auprès de la population.

La ministre de la Jeunesse et de l'éducation civique a donné les raisons qui ont milité en faveur de l'adoption, par le Conseil des ministres, d'un décret fixant l'organisation des accueils collectifs des mineurs. Destinée Hermella Doukaga a rappelé qu'au Congo ou ailleurs, les enfants ont droit à la protection et toute activité qui les implique doit être réglementée. Or a-t-elle fait savoir, depuis des décennies, des colonies de vacances sont organisées dans le pays sans texte réglémentaire.

« En ce qui concerne les accueils collectifs des mineurs, nous étions le seul pays au monde qui n'avait pas d'encadrement de cette activité qui relève de l'action socio-éducative. Et depuis des décennies, nous organisons ces activités mais que ça soit au niveau de l'Etat ou du privé, il n'y avait à ce jour, aucun encadrement. Dieu merci, aujourd'hui, nous avons pu élaborer un texte réglementaire qui va désormais fixer les règles et les définitions en matière d'accueil collectif des mineurs », a indiqué la ministre.

Destinée Hermella Doukaga a fait remarquer que le décret qui fixe l'organisation des accueils collectifs des mineurs est un texte novateur qui vient combler un vide à ce niveau. N'importe qui, a-t-elle dit, peut organiser un accueil collectif des mineurs mais une certaine qualification est exigée, par exemple, avoir le brevet d'aptitude aux fonctionx de directeur, sinon le diplôme d'Etat de jeunesse ou le diplôme d'éducation populaire et de sport. Ce texte, s'est-elle réjouie, arrive à point nommé pour que désormais tous les organisateurs des colonies de vacances se conforment aux normes fixées. Et même les animateurs aussi sont tenus d'avoir, a-t-elle insisté, une certaine qualification pour pouvoir exercer au niveau d'une colonie de vacances, un centre de loisirs ou un centre d'accueil.

L'organisation des colonies de vacances par les entreprises ou des individualités nécessite en général, a souligné la ministre, un encadrement et il est fait obligation de se conformer à la réglementation. « Tout le monde a le droit d'organiser une colonie de vacances, mais tout le monde n'a pas le droit ou la légitimité de diriger une colonie de vacances. C'est ce que nous allons corriger, parce que dans tous les pays, ça se passe ainsi. Il y a aussi la possibilité que les Congolais un jour, décident d'aller organiser une colonie de vacances avec les enfants congolais dans un territoire étranger, mais ils sont soumis, à ce moment-là, à la réglementation du pays d'accueil », a ajouté la ministre de la Jeunesse et de l'éducation civique.

Destinée Hermella Doukaga a conclu qu'aussi bien pour les églises que pour toute autre association, les colonies de vacances sont interdites en période scolaire, à l'exception des centres de découvertes organisés par des établissements scolaires et ne peut diriger une session de colonie que celui qui a une qualification.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.