Burkina Faso: Les syndicats de l'éducation lèvent leur mot d'ordre de boycott

La CNSE avait initié ce boycott pour amener le gouvernement à prendre des mesures pour une application «effective et correcte» du protocole d'accord signé en janvier 2018.

La circulaire rappelle que l'action de la coordination a permis la mise en place de commissions de correction des indemnités de logement et spécifiques avec des résultats appréciables pour la fin du mois de mai 2019 ; une opération de traitement, de constatation financière de la bonification d'échelon et partant des avancements de 2017 ayant donné des niveaux de correction en nette évolution pour la fin de mai 2019 ; la finalisation de la rédaction du statut valorisant ; la définition du trousseau pédagogique, la communication d'éléments d'avancée sur le dossier des personnels des ex-garderies populaires.

«Après analyse, la coordination décide de a levée du mot d'ordre dans tous ses aspects pour compter du jeudi 23 mai 2019 à 00h». La CNSE appelle ses militants à «prendre des dispositions pour une reprise effective de l'ensemble des activités pédagogiques et administratives sur tout le territoire national».

A Ouagadougou, elle compte tenir une assemblée générale ce vendredi pour faire le point des avancées.

Notons qu'après avoir trouvé un accord avec le gouvernement sur la rédaction du statut valorisant du personnel d'éducation et de recherche le vendredi 3 mai dernier, la CNSE avait réadapté son mot d'ordre de boycott en autorisant ses membres professeurs d'EPS à administrer les épreuves sportives des différents examens nationaux et en mettant fin aux sit-in prévus tous les jours.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Burkina Faso

Plus de: Fasozine

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.