Sénégal: Simulation de prise d'otage et exercice d'intervention du GIGN à Saint-Louis

Saint-Louis — Une opération de simulation d'une prise d'otage et d'intervention des forces de défense et de sécurité s'est déroulée mercredi dans les faubourgs de Saint-Louis (nord) sous la supervision du comité régional de coordination des opérations de lutte contre le terrorisme, a constaté l'APS.

L'opération a eu pour cadre Ngallèle, Bango et Makka Toubé, des localités situées non loin de Saint-Louis sur la Route nationale numéro 2.

Elle a débuté lorsque trois terroristes immobilisent un camion de transport de lubrifiant appartenant à une société affrétée par Total Sénégal. Ils prennent en otage le conducteur et menacent de faire exploser le camion si leurs revendications ne sont pas satisfaites.

Les ravisseurs exigent notamment la libération de deux de leurs camarades détenus au Mali et l'arrêt de l'intervention du Sénégal dans le Nord de ce pays frontalier. De même que la mise à leur disposition d'un véhicule doté d'assez de carburant.

Il s'en suit un déploiement rapide des forces de sécurité, notamment la police qui délimite un périmètre de sécurité et la gendarmerie à travers ses troupes d'élite du Groupement mobile d'intervention (GIGN), alors que des éléments de la Brigade des sapeurs-pompiers se tiennent en alerte aux abords du périmètre de sécurité pour intervenir en cas de besoin.

Les responsables de l'opération entrent alors en contact avec les ravisseurs avant de déclencher l'intervention qui a abouti à la neutralisation des terroristes, la libération de l'otage et la sécurisation du camion transportant un produit hautement inflammable.

L'acte posé est un exercice alliant une opération de dépollution et de libération d'otage dans laquelle les troupes d'élite prennent d'assaut un véhicule dangereux transportant des produits très inflammables, a expliqué le colonel Pape Souleymane Cissé, responsable du comité régional de coordination des opérations de lutte contre le terrorisme.

La première étape de l'opération, a consisté à une intervention des unités de police et de gendarmerie permettant un bouclage et une sécurisation de la zone, avant une intervention des unités mobiles autour du site de la prise d'otage, a ajouté l'officier de gendarmerie.

La deuxième a permis une intervention de l'unité d'élite, le GIGN , dont un démembrement est installé à la Légion nord de la gendarmerie. L'opération s'est ensuite achevée avec la neutralisation des terroristes, la libération de l'otage et la sécurisation du véhicule et des lieux, a poursuivi le commandant Cissé.

"L'opération des éléments du GIGN a permis de neutraliser les terroristes et de libérer le camion transportant 70 futs d'huile RUBIA 550 très inflammable avec des risques de pollution environnementale", a précisé le commandant de la légion nord de la gendarmerie.

"L'opération a été une réussite. Elle a permis aux forces de défense et de sécurité de tester leurs capacités d'intervention en cas d'attaque terroriste.

L'exercice a également permis à la société de transport et à la compagnie Total de jauger leurs capacités de contenir un choc lié à une attaque terroriste en relation avec les forces de sécurité", a réagi Alioune Aïdara Niang, gouverneur de la région de Saint-Louis.

L'exercice s'est également déroulé en présence du commandant de la zone militaire numéro 2, le colonel Mbaye Cissé.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: APS

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.