Sénégal: Thiès - Lancement d'un collectif pour la légalisation du covoiturage

Thiès — Des chauffeurs de véhicules de transport irrégulier appelés "Allô Dakar", ont lancé mercredi à Thiès une structure fédérative nationale dénommée Collectif des usagers pour l'encadrement et la légalisation du covoiturage au Sénégal (CUELEC), afin d'entreprendre des démarches pour que leur activité soit reconnue par l'Etat.

"Vu tous les avantages du covoiturage, le Collectif des usagers pour l'encadrement et la légalisation du covoiturage au Sénégal, demande à l'Etat du Sénégal de regrouper les acteurs du transport pour l'ouverture d'une série de concertations, visant à organiser ce nouveau type de transport, qui (emploie) des milliers de Sénégalais dans toutes les régions", a indiqué son président, Abdoulaye Ndiaye.

Il lisait une déclaration, lors d'une conférence de presse marquant le lancement de la nouvelle structure, dans un restaurant de la cité du rail.

Grâce à ce transport, des jeunes Sénégalais nourrissent des milliers de familles, relève M. Ndiaye.

"Le Collectif, a-t-il poursuivi, travaille avec des avocats (en vue) de produire un document de proposition, qui sera soumis à l'appréciation des autorités, pour une prise en charge efficace de nos revendications".

Les chauffeurs "Allô Dakar" ont déjà rencontré des autorités locales, a-t-il rapporté, ajoutant qu'ils comptent aussi entamer une tournée auprès des chefs religieux du pays, pour obtenir leur soutien, pour la légalisation de ce nouveau type de transport interurbain.

Pour lui, aussi bien les chauffeurs, les passagers que l'Etat gagneraient dans une régularisation de leur profession, qui répond à une réelle demande de la clientèle pour un transport rapide et confortable.

"En attendant qu'elle soit légalisée, nous ne pouvons rester à ne rien faire, parce que c'est avec cela que nous nourrissons nos familles. C'est un mal nécessaire", a dit Abdoulaye Ndiaye.

Il invite les autorités à suspendre les arrestations pour se limiter aux contraventions qui leurs étaient infligées jusque-là, le temps qu'une solution soit trouvée.

Ce mercredi encore, 19 des leurs, attraits à la barre du tribunal de grande instance (TGI) de Thiès, attendent d'être jugés. Dix de ces jeunes étaient arrêtés mardi et les 9, vendredi dernier.

Mercredi dernier, 14 autres chauffeurs "Allô Dakar" jugés pour transport irrégulier par le TGI, avaient écopé d'un mois avec sursis.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: APS

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.