Niger: Hama Amadou sur le grill après des propos jugés diffamatoires

Au Niger, le ministère de la Défense a saisi le procureur de la République. Et ce, suite à des propos jugés diffamatoires tenus par « un homme politique en exil » selon les termes du communiqué diffusé par le ministère.

L'intéressé n'est pas nommé mais celui qui est visé est clairement identifiable par son statut et les propos qui lui sont prêtés.

Il s'agit du chef de file de l'opposition, Hama Amadou, en exil depuis 2016, après avoir été évacué pour des raisons sanitaires alors qu'il était en prison pour une affaire de trafic de bébés nigérians, dossier pour lequel il a été condamné à un an de prison ferme.

C'est une vidéo et un fichier audio transmis sur les réseaux sociaux qui ont provoqué la réaction des autorités nigériennes.

On y entend Hama Amadou, le leader de l'opposition, dire que le gouvernement profite du problème de l'insécurité pour « délibérément » envoyer à la mort une « certaine catégorie de soldats nigériens ». Ces propos auraient été tenus lors d'une rencontre avec la diaspora mi-mai.

Pour les autorités, ces mots visent à saper le moral des soldats et à porter atteinte à la cohésion des forces de sécurité, qui ont doublement besoin d'être soutenues en temps de guerre, et encore plus après la perte de 27 personnes dans une embuscade le 14 mai 2019.

Propos « graves »

« Ces propos sont graves, s'indigne une source gouvernementale, imaginez qu'ensuite les militaires commencent à se tirer dessus au sein de l'armée, ou à refuser d'aller au front ».

Le communiqué officiel fait état de propos potentiellement assimilable à un délit car ils ne sont « en définitive qu'un encouragement aux forces terorristes. »

Joint au téléphone, le ministre de la Défense dit espérer que ces déclarations malheureuses seront très vite démenties par celui qui les a prononcé. Le choix est fait de ne jamais nommer l'opposant ; l'intéressé est simplement qualifié de mal-intentionné.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.