Burkina Faso: Ministère de la Fonction publique - Les inspecteurs du travail préparent une grève

Les responsables du Syndicat autonome des contrôleurs et inspecteurs du travail (SYNACIT) ont animé un point de presse, le mercredi 22 mai 2019, à Ouagadougou. Ils ont dénoncé la lenteur dans la mise en œuvre de leur protocole d'accord avec le gouvernement.

Les militants du Syndicat autonome des contrôleurs et inspecteurs du travail (SYNACIT) envisagent le boycott de certaines obligations de leurs fonctions suivi de sit-in et un arrêt total de travail si à l'issue du dialogue du 23 mai 2019 «enfin voulu» par les autorités du ministère en charge de la fonction publique, rien de sérieux ne se dégage pour la satisfaction de leurs revendications.

Les responsables du syndicat l'ont signifié lors d'une conférence de presse, le mercredi 22 mai 2019 à Ouagadougou.

Le Secrétaire général adjoint (SGA), Saadou Salembéré, et ses camarades se sont plaint de la mise en œuvre à moins de 10% du protocole d'accord du 29 décembre 2017 par le ministère de la Fonction publique, du Travail et de la Protection sociale.

En particulier, les conférenciers ont dit avoir vu cinq véhicules de service acquis sur un total de 20 dont dix devraient être disponibles en fin 2018 et autant en 2019.

Le non-entretien desdits moyens roulants, la non-réfection et la non-construction des locaux ainsi que la non-augmentation des ressources, ont aussi été décriés, sans oublier la formation continue qui n'est pas assurée.

«Les engagements relatifs aux inspections de zone et à l'exécution de l'arrêté conjoint portant prestation en nature, peinent à se concrétiser», a informé le SGA.

Les obstacles à la mise en œuvre du protocole d'accord sont, selon le responsable syndical, le déni du dialogue social, le manque de volonté réelle et le mépris du corps des inspecteurs du travail.

Il accuse le ministre en charge de la fonction publique de les avoir mis à l'écart des fonctions de responsabilité à la direction générale du travail. Ceci conduit au démantèlement du système d'administration du travail, a décrié le n°2 du syndicat.

A cela s'ajoute, d'après lui, la division créée par l'autorité entre les contrôleurs et les inspecteurs du travail ainsi que «la mauvaise foi, l'inexpérience, voire l'incompétence» de certains responsables administratifs.

Par ailleurs, le secrétaire chargé des affaires extérieures du SYNACIT, Yacouba Bologo, s'est offusqué du fait qu'au sein du ministère chargé de pilotage du dialogue social, il n'y ait pas eu de rencontre entre le syndicat du secteur et le chef du département, Séni Mahamadou Ouédraogo.

Six demandes d'audience étant restées sans réponse aux dires de M. Bologo. «C'est ce déni du dialogue qui fait que la fronde sociale est globalement en ébullition», a soutenu le SGA, réfutant que les actions envisagées du SYNACIT soient perçues comme un effet de contagion ou de mode.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Sidwaya

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.