Ile Maurice: Chagossiens à Crawley - La lutte continue

Allen Vincatassin, président chagossien en exil

«Les Anglais vont continuer comme avant»

«Les pays qui ont voté en faveur de la résolution ne savent pas tout ce que les Chagossiens ont subi. Ils ne savent pas qu'en 1982, Maurice a demandé aux Chagossiens de renoncer à leur droit de retour sur leurs îles natales. C'est vrai que les Anglais ont leur part de responsabilité, mais cela s'est fait avec la complicité de Maurice. Même si ce vote a eu une majorité, je ne crois pas que les Anglais vont le respecter. Ils vont continuer à faire comme ils ont fait aux îles Malouines. »

Isabelle Charlot: présidente de Chagossian Islanders Movement

«Mo bien ankoler kont Pravind Jugnauth »

«Je suis vraiment très décue. Il n'y avait aucun Chagoosien à New York. En tant que peuple, nous n'avons pas eu notre mot à dire. Se enn dosie ki bien fer leker fer mal. Les Chagossiens ont sacrifié leur terre pour une base militaire. Supposément, cela sert à assurer la sécurité dans le monde. Mais on oublie toute la souffrance. Mo bien ankoler kont Pravind Jugnauth. Quand il a eu besoin des Chagossien, il est venu nous chercher. Là, il a parlé au nom de Maurice. Cette résolution n'est pas binding. Nous ne pouvons pas forcer les Anglais et les Américains à quittes les Chagos».

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.