Sénégal: Contestation contre la grâce accordée à Woury Diallo - Deux heures sans pharmaciens, deux heures de désagrements

Les pharmaciens ont observé hier, mercredi 22 mai, une baisse de rideau de deux tours d'horloge pour manifester leur mécontentement contre la libération de Woury Diallo impliqué dans le trafic de médicament à Touba Belel. Condamné à cinq ans de prison par le tribunal de grande instance de Diourbel, M. Diallo a bénéficié d'une grâce présidentielle alors qu'il n'en avait pas droit, selon eux.

Il fallait attendre 10 heures hier, mercredi 22 mai, pour que les pharmacies de la place ouvrent leur porte.

Pour cause une baisse de rideau a été observée par les professionnels des médicaments pour s'offusquer contre la libération de Woury Diallo impliqué dans le trafic de médicament à Touba Belel.

Pour le docteur Assane Diop secrétaire général du syndicat des pharmaciens privés du Sénégal, «c'est un mot d'ordre qui a été allégé suite à l'intervention de certaines autorités comme le ministre de la santé et de l'action sociale», a-t-il fait savoir.

Au niveau de la population, la fermeture de certaines officines de la place n'a pas été sans désagréments.

«J'ai constaté la fermeture des pharmacies sur la route Bourguiba, pendant je me rendais au travail», a souligné Malick Sall, un riverain de la localité. Et de poursuivre: «l'Etat doit prendre à bras le corps ce problème car, des pharmaciens qui vont en grève, c'est accroitre davantage le maux des malades».

Même si la grève a été de courte durée, les accompagnants des malades ont fait le tour de Dakar pour pouvoir disposer de médicaments. «Mon époux a fait le tour de la ville pour pouvoir disposer des médicaments prescrits.

Les pharmacies étaient fermés pendant ces deux heures » a souligné une dame croisée à l'hôpital Gaspard Kamara. Ce mot d'ordre observé par les pharmaciens sonne comme un avertissement pour le gouvernement du Sénégal.

D'autant plus que le Syndicat national des pharmaciens privés du Sénégal n'écarte pas de revenir sur leur décision avec des «journées sans médicaments» si des dispositions ne sont pas prises pour lutter contre le trafic de médicaments.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Sénégal

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.