Madagascar: Affaire Parvis Analakely - La CUA défend sa position

Le directeur de la Communication de la CUA devant la presse hier à Analakely.

Le directeur de la Communication au niveau de la Commune Urbaine d'Antananarivo Tiana Harilaza Raharivelo a donné hier la version de la CUA sur une affaire opposant cette dernière à la société « Le Zoma de Tana » relative à l'utilisation du Parvis d'Analakely. « Le contrat entre la commune et la société « Le Zoma de Tana » sur l'utilisation du Parvis de l'hôtel de ville a été signé en 2018. Ce contrat permet à cette société d'organiser mensuellement des activités commerciales sur les lieux. Malheureusement, cette société n'a pas respecté depuis un an et demi ses engagements sur le paiement des frais de location du Parvis. La commune a vainement épuisé toutes les voies de recours pour obtenir ce paiement. La CUA a été obligée de résilier le contrat. », a-t-il expliqué.

Continuité. On a appris hier, lors de la conférence de presse organisée par le directeur de la Communication de la Commune Urbaine d'Antananarivo, que des activités commerciales continuent de se tenir sur le Parvis de l'Hôtel de Ville, notamment en cette période où la célébration de la fête des mères approche. « Cette décision a été prise pour satisfaire ceux qui en ont besoin. », a souligné Tiana Harilaza Raharivelo. Bref, les conditions de résiliation du contrat que la CUA a signé avec la société « Le Zoma de Tana » sont remplies. L'une des parties au contrat n'a pas respecté ses engagements.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Midi Madagasikara

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.