Madagascar: Crise de l'emploi - La promotion de l'artisanat comme solution

Divers acteurs ont répondu présents à l'invitation des organisateurs du «Kanton'i Gasikara» qui court du mardi dernier à samedi prochain

Selon l'INSTAT ou Institut National de la Statistique, 85% des Malgaches sont concernés par le chômage déguisé.

3,1% est le taux de chômage enregistré chez les jeunes de 20 à 24 ans. Une situation préoccupante qui n'arrive pas à être résolue malgré les efforts fournis par les acteurs œuvrant dans le domaine de l'emploi et de la formation. Une situation qui concerne également les universitaires qui à cause de l'inadéquation emploi-formation peine à pénétrer le monde hermétique du travail. L'Instat note que le taux de chômage est de 4,5 % chez cette frange de la population. La promotion de l'artisanat - qui est le troisième pourvoyeur d'emploi à Madagascar après les secteurs Agriculture et pêche - devrait changer la donne.

Secteur de substitution pour les 90% de la population malgache qualifiés d'agriculteurs, l'artisanat fait vivre des milliers de foyer, créer de l'emploi (décemment ou non) et permet l'épanouissement de milliers de jeunes. Un secteur qui avec de l'appui et de l'accompagnement de la part de tous les acteurs, surtout du gouvernement via le ministère de l'industrie, du commerce et de l'artisanat, pourrait aider les milliers de jeunes malgaches bloqués par la crise de l'emploi à Madagascar.

Solutions. Pallier aux problématiques de l'artisanat revient à pallier aux problématiques de l'inadéquation formation-emploi qui touchent des milliers de jeunes à Madagascar. Dans le sens où l'action consisterait à renforcer les capacités des artisans malgaches de sorte qu'ils puissent répondre aux besoins en matière de normes et réglementations internationales. « Un besoin essentiel » selon Zo Randrianoelison, organisateur du «Kanton'i Gasikara», un évènement de cinq jours au jardin d'Antananinarenina qui vise à hisser haut les couleurs de l'artisanat malgache. « La professionnalisation du secteur de l'artisanat via la formation et la matérialisations des artisans est le premier moyen devant permettre de changer la donne » a noté notre interlocuteur.

Une interpellation qui cadre avec un projet gouvernemental en cours. Le ministère entendrait soutenir la démarche de la promotion de l'emploi afin de l'intégrer dans la liste des secteurs qui contribuent de façon effective et efficiente au PIB du pays. Un objectif qui ne pourrait toutefois pas être atteint sans la coopération des acteurs du secteur. Ce, par la participation active dans l'initiative de recensement initié par ledit ministère. Une étape cruciale dans la formalisation tant attendue des acteurs eux-mêmes.

Outre le recensement, les formations pour le renforcement des capacités des artisans, le ministère entendrait également mettre en place le statut de l'attisant par la dotation de carte professionnelle aux acteurs. Autant d'initiatives qui réalisées et ajoutées aux efforts déjà menés devraient permettre de réduire - de façon considérable - le taux élevé de chômage dans la Grande Île. Et dans la foulée, les problématiques sociaux comme l'insécurité qui rend encore plus difficile le quotidien des Malgaches.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Midi Madagasikara

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.