Libye: La paix pas à la portée de main des parties en conflit

Les deux hommes qui secouent la Libye depuis un certain temps ne veulent pas entendre parler d'un cessez-le-feu. Selon l'homme fort de l'Est libyen, les conditions d'un arrêt des hostilités ne sont pas réunies.

Pour lui, les forces loyales au gouvernement d'union nationale sont désormais détruites par les milices armées. Le maréchal Haftar estime ne pas avoir d'interlocuteur avec qui négocier un cessez-le-feu.

Même son de cloche du côté du chef de gouvernement d'union nationale, Fayez el-Sarraj. Il n'est pas question d'arrêter les hostilités tant que les troupes du maréchal ne retourneront pas à leurs positions d'avant le début de l'offensive du 4 avril sur Tripoli.

Une position divergente affichée par les deux parties qui démontre qu'elles ne sont pas prêtes d'enterrer la hache de guerre.

En l'état actuel de la crise, la situation est extrêmement critique, avec la reprise des combats au sud de Tripoli. Ce mercredi, Ghassan Salamé a montré son inquiétude et craint le début d'une guerre longue et sanglante.

La main de la France

Le maréchal Haftar reçu par le Président Macron et son ministre des Affaires étrangères a essayé de justifier son offensive dans la capitale libyenne. Il l'explique par la multiplicité des milices armées dans Tripoli et l'impasse des discussions politiques.

En dehors de son vœu d'appel à un cessez-le-feu, le patron de l'Élysée a milité pour une relance du processus politique actuellement en panne. Un point sur lequel Haftar laisse apparaitre un brin d'espoir.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Confidentiel Afrique

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.