23 Mai 2019

Burkina Faso: Sig-Nonghin - Des maraîchers accusent un pasteur de vouloir les dépouiller de leurs terres

Les problèmes auraient débuté lorsque les maraîchers ont récu le mardi 14 mai 2019, de la part d'un huissier de justice près les cours et tribunaux de Ouagadougou, une sommation de libérer leurs terres.

Un pasteur de l'église des Assemblées de Dieu aurait obtenu la délivrance d'un arrêté (N° 2018-1295/MINEFID/SG/DGI/DA/DF du 12/11/2018) lui attribuant le terrain d'une superficie de 8772 m2 sur le site de maraîchage.

Les maraîchers devraient donc débarrasser les lieux, puisque le pasteur en question étant en possession d'un arrêté lui conférant la propriété des lieux.

Les maraîchers ont alors protesté contre ce qu'ils appellent l'accaparement de leurs terres. Ils dissent être entrés en discussion avec le pasteur qui aurait proposé de dédommager les maraîchers (ils sont une centaine) avec la somme de un million de francs CFA. Ce que les maraîchers ont refusé.

Les maraîchers disent s'être rapprochés de la mairie de l'arrondissement 3 qui a elle aussi fini par les laisser tomber. Il faut rappeler que le site de maraîchage est situé à Sig-Noghin et jouxte l'échangeur du Nord.

La coordination des CDAIP dit ne pas accepter cette situation pour plusieurs raisons. D'abord, les maraîchers qui exploitent actuellement le site concerné l'ont hérité de leurs ancêtres installés sur la rive depuis de nombreuses années.

Ensuite, le maraîchage est pour ces derniers une activité qui leur permet de se prendre en charge. Enfin, le retrait forcé du site de maraîchage au profit d'une confession religieuse est une injustice qui porte les germes d'une crise.

Par ailleurs, la coordination des CDAIP a affirmé que la procédure d'attribution du site de maraîchage au pasteur est entachée d'irrégularités, sans toutefois parvenir à le démontrer clairement.

Le vice-président de la coordination des CDAIP de Sig-Noghin, Saïdou Ouédraogo, dit ne pas comprendre la situation. Pour lui, "une partie du terrain de l'église aurait été utilisée pour la construction de l'échangeur du Nord.

Le pasteur a été même dédommagé à coûts de millions en 2018, comme les autres maraîchers qui avaient vu leurs terres retirées.

On ne comprend pas pourquoi il veut nos terres, d'autant plus que le site sur lequel nous sommes a été classé par le ministère de l'Urbanisme, après les inondations de 2009 comme étant une zone inondable", a t-il laissé entendre.

La coordination des CDAIP de Sig-Noghin, dit condamner avec la dernière énergie les intimidations et les menaces diverses que subissent les maraîchers visant à les déposséder de leurs terres.

La coordination des CDAIP exige avant tout déguerpissement, la satisfaction des points de revendications suivants: l'identification et l'aménagement d'un site pour la réinstallation des maraîchers, le dédommagement conséquent pour compensation de production et perturbation d'activités, et le dédommagement conséquent de tous les puits et les arbres appartement aux maraîchers.

Les CDAIP disent avoir transmis leurs revendications à la mairie de l'arrondissement 3, à l'église du pasteur, au cabinet l'huissier, au ministère de l'Economie, au ministère de l'Agriculture et des Aménagements hydro-agricoles et au ministère de l'Environnement. La coordination dit être prête à se battre pour la satisfaction de ses revendications.

Burkina Faso

Dialogue politique national - Zéphirin et Simon pour conduire au consensus

Pour la réussite du dialogue, le chef de l'Etat (milieu) a responsabilisé le chef de file de l'opposition,… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Fasozine

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.