Congo-Kinshasa: L'Onu renforce la riposte contre le virus Ebola

Jemima, une survivante d'Ebola, prend soin de Joshua, âgé de 6 mois, dans une crèche soutenue par l'UNICEF à Beni, dans l'est de la RDC.

Alors que l'épidémie d'Ebola en République démocratique du Congo est dans son dixième mois et que le nombre de nouveaux cas augmente ces dernières semaines, les Nations Unies ont annoncé, jeudi 23 mai 2019, des mesures pour renforcer la riposte et mettre fin à l'épidémie.

L'épidémie d'Ebola a coûté la vie à plus de 1 200 personnes et le risque de propagation dans d'autres provinces de l'est du Congo ainsi que dans les pays voisins reste très élevé. Un tiers des malades sont des enfants, ce qui représente une proportion plus élevée que lors des flambées précédentes.

Sous la direction du Gouvernement et des communautés congolaises, avec le soutien de l'ONU et d'organisations non gouvernementales (ONG), la riposte a permis de contenir le virus Ebola dans certaines régions des provinces de l'Ituri et du Nord-Kivu. Cependant, l'insécurité persistante et la méfiance des communautés vis-à-vis de la réponse continuent à restreindre l'accès aux communautés. Cet état de fait entrave les efforts déployés par l'OMS et le Ministère de la santé pour détecter les personnes malades et garantir l'accès au traitement et à la vaccination, entraînant une transmission plus intense du virus Ebola.

Compte tenu de la complexité croissante de l'environnement dans lequel la riposte évolue, l'ONU, en partenariat avec le Gouvernement et tous les partenaires, renforce désormais son engagement politique et son soutien opérationnel pour négocier l'accès aux communautés ; intensifie son soutien à la coordination humanitaire ; et renforce la préparation et la capacité de réaction à Goma et dans les pays voisins. L'OMS adapte ses stratégies de santé publique afin d'identifier et de traiter les personnes le plus rapidement possible ; développe la vaccination pour atteindre et protéger davantage de personnes ; et redouble d'efforts pour mettre fin à la transmission dans les établissements de santé.

Le Secrétaire général de l'ONU met en place un mécanisme renforcé de coordination et de soutien situé à Butembo, épicentre de l'épidémie.

David Gressly, Représentant spécial adjoint du Secrétaire général (MONUSCO), a été nommé Coordonnateur des interventions d'urgence des Nations Unies pour la lutte contre Ebola (EERC) dans les zones touchées par le virus Ebola en RDC. M. Gressly, riche d'expériences en leadership humanitaire, politique et sécurité, fera rapport à la Représentante spéciale, Leila Zerrougui. Il supervisera la coordination du soutien international à la riposte Ebola et veillera à ce qu'un environnement favorable, en particulier en matière de sécurité et de climat politique, soit en place pour permettre à la riposte Ebola d'être encore plus efficace.

M. Gressly travaillera en étroite collaboration avec l'OMS, qui continuera à diriger toutes les opérations de santé et les activités d'appui technique à la réponse du Gouvernement à l'épidémie. M. Ibrahima Socé Fall, Directeur général adjoint chargé des interventions d'urgence, installé à Butembo depuis la fin du mois de mars, dirige l'action de l'OMS en RDC. L'OMS continuera également à coordonner les interventions de santé publique mises en œuvre par d'autres partenaires des Nations Unies.

« La riposte au virus Ebola évolue dans un environnement opérationnel d'une complexité sans précédent pour une urgence de santé publique ; l'insécurité et les manifestations politiques ont régulièrement perturbé nos efforts pour lutter contre la maladie. Par conséquent, une réponse renforcée à l'échelle de l'ONU est nécessaire pour surmonter ces contraintes opérationnelles, ce qui implique de déplacer les hauts responsables et la prise de décisions opérationnelles vers l'épicentre de l'épidémie à Butembo. Nous n'avons pas de temps à perdre », a déclaré M. Gressly.

Le Dr Fall, de l'OMS, a déclaré que « ce soutien de l'ensemble du système et de la communauté internationale correspond exactement à ce que l'OMS a demandé. Nous savons que la population locale doit s'approprier la réponse à l'épidémie et cette nouvelle approche reflète ce qu'elle a demandé : une sécurité accrue pour les patients et les agents de santé, un accès plus large à la vaccination et un visage plus humain de la riposte ». Le Dr Fall travaille aux côtés du Dr Michel Yao, responsable de la gestion des incidents Ebola pour l'OMS depuis août 2018. À Kinshasa, l'OMS a également nommé un représentant spécial de la riposte Ebola, le Dr Peter Graaff, pour coordonner ses activités avec les partenaires.

Des mesures supplémentaires de l'ONU renforceront le travail crucial des organisations non gouvernementales (ONG) et des agences déjà présentes sur le terrain, y compris de l'UNICEF. En collaboration avec des ONG, l'UNICEF dirige des activités d'engagement communautaire ; fournit des interventions psychosociales ; et aide à prévenir les infections par le biais de services d'approvisionnement en eau, d'assainissement et d'hygiène.

Les capacités en matière de planification financière et de rapports seront également renforcées et les efforts seront accélérés pour assurer le financement durable et prévisible requis du plan de réponse stratégique à Ebola, en tenant compte des besoins existants.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Le Potentiel

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.