Angola: Le gouvernement privatise cinq hôtels

Luanda — Cinq hôtels publics des villes de Cabinda, Benguela, Huila, Luanda et Namibe seront privatisés cette année par le gouvernement angolais, a révélé la ministre de l'Hôtellerie et du Tourisme, Ângela Bragança, mardi dans la capitale angolaise.

L'un des cinq hôtels, protégés par l'Institut de promotion du tourisme (Infotur, sigle en portugais), servira d'école hôtelière pour la formation de techniciens liés au secteur.

Sur ce sujet, le secrétaire d'État au Tourisme, Alves Primo, qui s'est confié à Angop, en marge d'une réunion sur les préparatifs du Forum mondial du tourisme (WTF, sigle en anglais), ouvert ce jeudi à Luanda par le Président de la République, João Lourenço, a dit que les hôtels étaient en fonctionnement et avaient déjà été présentés à l'Institut de gestion des actifs et des investissements de l'État (Igape, sigle en portugais).

Selon Alves Primo, l'Igape vendra les hôtels en évaluant chaque unité. Lors de la réunion, qui a réuni des journalistes angolais et étrangers et le président du Forum mondial du tourisme, Bulut Bagci, la ministre Ângela Bragança a déclaré que l'objectif du gouvernement angolais en accueillant l'événement était d'attirer des investisseurs étrangers et des grands opérateurs du monde entier, outre des touristes d'agrément.

Selon la ministre du Tourisme, l'Angola collaborera avec la WTF pendant une période d'au moins cinq ans dans le but de développer le tourisme, d'attirer les investisseurs et de promouvoir l'image du pays.

Le dynamisme du secteur du tourisme est l'un des leviers de la diversification de l'économie et s'inscrit dans les priorités du Plan de développement national 2018-2022.

A propos de la privatisation des hôtels, le président de la WTF, Bulut Bagci, a déclaré que la nouvelle intéresserait les plus grandes marques touristiques mondiales.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: ANGOP

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.