Congo-Kinshasa: Présentation du rapport de la «commission Yumbi»

Marie-Ange Mushobekwa, ministre congolaise des Droits humains, a présenté ce jeudi 23 mai le rapport de la « commission Yumbi ». Ce évoque notamment l'implication des autorités politico-administratives de la province du Maï-Ndombe dans les violences ayant marqué le territoire de Yumbi du 16 au 17 décembre 2018.

Cette commission composée des membres d'au moins cinq ministères a mené des enquêtes de terrain et rapporte au moins 461 morts et 133 blessés.Au total, 1 539 maisons ont été incendiées, abîmées ou détruites pendant ces violences.

La commission estime que les autorités politico-administratives de la province de Mai-Ndombe auraient dû prendre des mesures adéquates pour prévenir et éviter ces événements.

L'ancien gouverneur de Mai-Ndombe, aujourd'hui gouverneur de Kinshasa, Gentiny Ngobila Mbaka, a été entendu pendant deux heures par cette commission.

Marie Ange Mushobekwa, ministre des Droits humains : « Comme gouverneur de Mai-Ndombe au moment des faits, il devait nous donner des explications, nous expliquer ce qui a conduit à ce massacre, ce que lui a fait pour prévenir ou pour éviter, ou ce qui n'a pas été fait pour prévenir, éviter des massacres. »

« La justice poursuit son travail »

L'auditorat général des Forces armées de la RDC (FARDC) a engagé des poursuites judiciaires contre les présumés auteurs de ces massacres.

Marie-Ange Mushobekwa a promis son implication pour que justice soit faite : « La justice poursuit son travail. Je parle régulièrement avec l'auditeur général des FARDC.

Au nom du secret de l'instruction, je ne peux pas vous en dire plus. Mais rassurez-vous que les crimes, les massacres commis à Yumbi ne resteront pas impunis. »

D'après les données fournies par la commission, 105 victimes et 83 témoins ont été entendus et 25 personnes sont déjà arrêtées.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.