23 Mai 2019

Burkina Faso: Gestion de la fronde sociale - Le Balai citoyen «blâme» le gouvernement

La Coordination nationale du Balai citoyen a animé une conférence de presse, le jeudi 23 mai 2019 à Ouagadougou, pour se prononcer sur la situation nationale. La sécurité, la fronde sociale et le projet de déclassement partiel de la forêt de Kua à Bobo-Dioulasso pour construire un hôpital ont été les principaux points abordés.

La gestion de l'Etat par le pouvoir du Mouvement pour le peuple et le progrès (MPP) et ses alliés n'est pas bien perçue dans les rangs du Balai citoyen.

Le mouvement a exprimé son insatisfaction dans la conduite des affaires publiques au cours d'une conférence de presse, hier jeudi 23 mai 2019 dans la capitale burkinabè.

La Coordination nationale a indiqué que la liste des préoccupations est si longue qu'elle ne pourra pas toutes les égrener.

Pour ce faire, elle s'est contentée de quatre problématiques à savoir la sécurité, la justice, la fronde sociale et le projet de déclassement partiel de la forêt de Kua dans la commune de Bobo-Dioulasso pour construire un hôpital. Sur ce dernier point, le Balai citoyen s'oppose au projet.

Un des responsables du mouvement, Serge Bambara, alias Smokey, a dénoncé l'attitude du chef du gouvernement, devant la Représentation nationale qui ne s'est pas gêné de dire que ce sont les Chinois qui ont choisi le site de la forêt classée.

«Ici, la raison semble être les caprices d'un bailleur de fonds. C'est un très mauvais signe en matière de sauvegarde de l'environnement», s'est-il insurgé.

Concernant la fronde sociale, le Balai citoyen a aussi décrié la gestion des crises dans les secteurs de la justice, de la santé etc. «Tous ces fronts sociaux ont un dénominateur commun : l'application des textes déjà adoptés ou pour la mise en œuvre des protocoles d'accord conclus de commun accord avec le gouvernement et les syndicats», a relevé Smockey.

Puis de préciser que ces grèves révèlent un problème de gouvernance globale du président Roch Marc Christian Kaboré et de sa majorité présidentielle depuis leur arrivée aux affaires.

Fort de cette analyse, M. Bambara a conclu que s'il devait noter le gouvernement pour sa gestion des crises dans la Fonction publique, il lui attribuera le «blâme».

Sur le volet sécuritaire, le Balai citoyen a déploré les victimes des attaques terroristes en 2019 et salué «l'opération Otapuanu qui a permis de venir à bout des terroristes dans les régions de l'Est et du Centre-Est».

«Une offre indécente»

Il a par ailleurs appelé les autorités et les populations à ne pas baisser la garde dans cette partie du pays et souhaité plein succès à l'opération «Ndofu», actuellement en cours dans le Sahel et dans le Centre-Nord. Toutefois, le conférencier a attiré l'attention de la hiérarchie militaire sur l'importance de mener ces opérations dans le respect des droits humains.

Quant aux assassinats ciblés de leaders communautaires ayant entraîné à Yirgou et à Arbinda, «une répression meurtrière menée par une partie de la population contre une autre», Serge Bambara et ses camarades ont invité les autorités à mettre à la disposition de la justice, les moyens nécessaires pour mener son travail de recherche de la vérité.

Quelle appréciation porte le Balai citoyen sur le dernier rapport du Mouvement burkinabè des droits de l'homme et des peuples (MBDHP) sur les prétendues exécutions sommaires commises par les forces de l'ordre ?

Quelle lecture le mouvement fait-il de la proposition de l'ancien président Blaise Compaoré pour soutenir le Burkina dans sa lutte contre le terrorisme ?

En réponse à ces questions des journalistes, le porte-parole du Balai citoyen, Guy Hervé Kam a indiqué, en lien avec le rapport du MBDHP, que son mouvement ne porte pas de jugement.

«Chacun est dans son rôle. Avant ce rapport, nous avons tiré la sonnette d'alarme sur des cas qui nous ont été rapportés. Nous sommes conscients que la lutte contre le terrorisme ne peut se gagner que dans le cadre du respect des droits humains», a-t-il déclaré.

Pour ce qui est de la proposition de Blaise Compaoré, M. Kam pense que c'est le pyromane qui veut jouer au pompier.

«L'offre de service de Blaise Compaoré est indécente. Ce que le peuple attend de lui est qu'il vienne répondre des crimes de sang et économiques qui lui sont reprochés», a-t-il déclaré.

Burkina Faso

Le GEPPAO lance l'Appel de Ouagadougou

Les lampions se sont éteints sur le forum de Ouagadougou sur la sécurité du Groupement des… Plus »

Copyright © 2019 Sidwaya. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.