Congo-Brazzaville: Lire ou relire - "Une peur morbide" de Jessy E. Loemba

Recueil de quatre nouvelles inspirées de l'imaginaire socioculturel congolais, l'œuvre atypique est remplie d'anecdotes époustouflantes et de non-dits.

La fécondité des écrivains congolais dans le genre narratif ne manque pas de surprendre. " Une peur morbide" enchaîne des fresques sociales à la manière des séries télévisées. Quatre nouvelles qui peuvent, d'ailleurs, être adaptées au cinéma et au théâtre.

La première, éponyme du recueil, relate la scène d'un voyage en avion. M. Lopès, personnage du récit, s'empiffre d'alcool avant le voyage pour surmonter sa phobie du crash. Tout le long du trajet aérien, il s'endort profondément en ronflant. Les hôtesses de l'air s'abstiennent de le déranger dans son sommeil pour éviter le déclenchement d'une potentielle guerre.

La deuxième nouvelle, intitulée « Cour commune », est l'histoire d'un jeune officier qui cocufie son voisin moins gradé. L'écrivain y dénonce quelques vilénies relatives à la vie dans les camps militaires.

La troisième nouvelle, titrée « Une vanité », décrit un élève narcissique surpris par l'échec à l'examen final, après un parcours brillant. Il sombre dans la dépression. La littérarité de ce texte réside sur la combinaison de plusieurs styles prosaïques, sans trahir l'ensemble chronologique du récit ; il s'agit notamment des styles épistolaires, dialogiques et tragi-comiques.

Et la dernière nouvelle, qui est aussi la plus longue du recueil, « Bual bua fua », concerne Machiti, le héros du récit. Le garçonnet interroge son père sur l'origine de son nom qui diffère de celui de ses frères. La réponse à cette question embarrassante que le père a de la peine à dévier, stimule la curiosité du gamin qui se livre à une enquête sur le mystère de sa naissance.

L'auteur emploie plusieurs idiomes issus des langues congolaises et plonge surtout dans l'intertextualité, en faisant quelquefois un parallélisme entre les intrigues du recueil et les illustrations similaires glanées chez d'autres écrivains congolais, excepté l'évocation du roman "Tom Sawyer " de Mark Twain (p.108).

Natif du Congo-Brazzaville, Jessy Loemba est enseignant de lettres. Actuel président du Forum des gens de lettres, il et un ancien enfant de troupe de l'Ecole militaire préparatoire général Leclerc. "Une peur morbide" est sa toute dernière publication après deux romans, "Chroniques d'un destin manqué suivies de lettre à mon père", puis "Souvenirs tragiques".

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.