Cameroun: Douala - Une fondation en mémoire de Kotto Bass

Le bâtiment abritant le siège présenté aux médias récemment par Danielle Eyango, promotrice.

Bonendale, petit village situé dans l'arrondissement de Douala IV, vient d'abriter une conférence de presse animée par Danielle Eyango, présidente de la Fondation Kotto Bass (Fkb). Occasion de parler de la Fkb, de ses axes d'action, de l'inauguration imminente du siège de la Fondation, et de Kotto Bass. « Vieux », comme on l'appelait affectueusement, parti en 1996, n'a pas vraiment eu le temps de faire irradier son travail et sa notoriété sur les siens. « N'ayant pas laissé de demeure, d'enfant ou de lignée, il est question de le faire renaître de ses cendres au travers de la FKB, dans sa famille maternelle qu'il a laissée déchirée », précise Danielle Eyango.

D'où le nom donné au siège de la Fondation, « La case de Tonton Vieux». Sur un des murs de la bâtisse de parpaings et de planches, un poster géant de l'artiste. Sur la cour, des oeuvres d'art faites d'objets de récupération égayent le décor. Un tableau rustique et sobre, comme pour rappeler, selon Danielle Eyango, le côté humble de Kotto Bass. Comme pour être en osmose avec « l'esprit Vieux».

A l'intérieur du siège, des airs de musique de Kotto Bass, des photos qui rappellent quelques moments de sa carrière. On compte quatre chambres et un salon qui vont abriter pas moins de treize ateliers : informatique, musique, cuisine, métiers du bois, bricolage et décoration, langues maternelles, peinture et dessin, sculpture, teinture, travaux champêtres... Certains sont d'ores et déjà et déjà équipés et n'attendent plus que les pensionnaires pour fonctionner.

Au-delà de l'aspect éducation et formation, la FKB, fondée en 2015, compte dans ses actions l'assistance médicale aux enfants et personnes handicapés, par des dons de médicaments, de chaises roulantes etc., les soins médicaux dans les cas pour lesquels elle est saisie. La facilitation et la réinsertion sociale des enfants et personnes handicapés sur tout le territoire national, l'aide à la scolarisation des enfants à mobilité réduite et défavorisés ne sont pas en reste.

L'inauguration officielle en juin 2019 donnera sans doute aux promoteurs l'occasion de prendre la véritable mesure ce qui les attend. D'ici là, il faut saluer ce devoir de mémoire qui ne demande qu'à être encouragé, et pourquoi pas, servir de catalyseur pour bien d'autres fils méritants du pays.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.