Congo-Kinshasa: Bal d'insoumis

opinion

La communion fraternelle avec un même sentiment et une même pensée, telle que prônée dans la Sainte Bible, ne s'inscrit vraisemblablement pas dans les cordes de la plupart des politiques, moins encore de ceux de la RD. Congo.

Puisqu'au pays de Lumumba, que ce soit ceux qui prétendent se retrouver dans une même barque, du point de vue de la vision, ne font qu'offrir malencontreusement au microcosme politique une bataille fratricide, en guise, semblerait-il, d'un certain positionnement. La coalition Lamuka, devenue plateforme politique dans le sens d'assurer un rapport des forces avec le pouvoir de Félix Tshisekedi dont elle conteste la légitimité, s'illustre, en effet, dans les jets de "Pour et Contre" entre ses leaders.

Déjà, A moins d'un mois de sa mutation, les dernières déclarations sous-tendant l'idée d'une opposition républicaine, telles qu'émises par Moïse Katumbi, désigné coordonnateur dans la nouvelle logique de la présidence tournante, ne sont point en odeur de sainteté avec celles de Martin Fayulu. Ce dernier qui, de concert avec Bemba et Muzito certainement, se révèle ultra radical dans sa démarche pro-vérité des urnes. D'où, une véritable confusion s'y est installée.

Pas de modus vivendi à long terme ! En revanche, au-delà de Lamuka, il s'avère très ébahissant que l'Udps, après la victoire de Félix Tshisekedi à la présidentielle du 30 décembre 2018, connaisse, aujourd'hui encore, des démêlés en son sein, en lieu et place de se requinquer de sa nouvelle caquette de parti au pouvoir qu'elle est arrivée à conquérir après 37 ans de combat dans l'opposition, au péril de l'effusion de sang d'un grand nombre de ses combattants. Et, le pire est qu'à l'heure où résonne le glas du rapatriement, pour ce 30 mai, de la dépouille de leur président historique, Etienne Tshisekedi, décédé le 1er février 2017 en Belgique, les cadres et militants de l'Udps s'empoignent quant à la question liée à la coordination du parti, après que Félix Tshisekedi, élu Chef de l'Etat, soit devenu indisponible.

Et donc, la où, d'un côté, Jean- Marc Kabund, soutenu par quelques combattants, s'attache à sa fonction de président ad intérim, tout en se prévalant du droit, quand bien même contesté, de nommer un secrétaire général, en l'occurrence Augustin Kabuya, de l'autre côté, par ailleurs, Jacquemain Shabani, poussé par d'autres caciques et affidés, prêche l'instauration d'un directoire, en attendant la tenue d'un congrès. Jusque-là, nul ne se soumet à l'autre. Ça brûle donc à l'Udps aussi ! Le Congo-Kinshasa sert ainsi de cadre à un bal d'insoumis entre les politiques.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.