23 Mai 2019

Congo-Kinshasa: Yoko Yakembe prêche l'harmonie entre Félix Tshisekedi et Joseph Kabila

Après plusieurs mois de tractations, le Président de la République Félix Tshisekedi a nommé le 20 mai dernier, un nouveau Premier ministre reflétant l'esprit de la coalition FCC-CACH, en la personne de Sylvestre Ilunga.

Les discussions vont donc bon train avec la formation du gouvernement qui sera connu dans les semaines ou les mois à venir. Face à la cela, Placide Yoko Yakembe, avocat de renom et président du Conseil d'Administration de la Regideso, prête la voix de la sagesse qui, naturellement, est celle de la raison. Selon lui, la toute première passation de pouvoir civilisée en RDC, encore fraîche, devrait interpeller plus d'un. Il estime que même le prochain gouvernement doit incarner l'idéologie des pères biologiques respectifs du chef de l'Etat et son devancier.

Déjà pour Me Yoko, le 30 décembre 2018 est une date historique pour les congolais. Car, à l'issue des élections qui se sont déroulées, notre pays a participé pour la première fois à un échange pacifique de dirigeant à la tête de l'exécutif. Cependant, il y a une réalité actuelle qu'il faut respecter. C'est que le nouveau président n'a pas la majorité au Senat, dans les assemblées nationale et provinciales et même dans les provinces.

C'est une réalité qui doit faire en sorte que Félix Tshisekedi et Joseph Kabila puissent communier les idées pour travailler ensemble dans l'avancement de ce pays. "Le conseil que je veux donner à ces 2 dirigeants, c'est de gérer leurs état-major respectifs. Les militants de l'UDPS et du PPRD doivent aider Félix Tshisekedi et Joseph Kabila à bien travailler ensemble, en évitant des tiraillements inutiles. Pour cela, ils doivent être entourés de bonnes personnes pour réussir cette mission", a-t-il déclaré.

Cependant, il ne faudrait pas oublier que «Le peuple d'abord» est l'idéologie d'Etienne Tshisekedi, père de l'actuel président de la République, rappelle Me Yoko. Et cette idéologie veut mettre en garde tout ceux qui veulent s'accaparer de tout. Tandis que «Ne jamais trahir le Congo» est l'idéologie du Feu Laurent-Désiré Kabila, père du président sortant, qui mettait en garde tous les traîtres. "Aujourd'hui, ils sont ensemble dans la mesure où l'un a le pouvoir exécutif, et l'autre à le pouvoir législatif du fait qu'il a la majorité au Sénat, au parlement et dans les assemblées provinciales et les gouverneurs. Actuellement, ils doivent chercher à travailler ensemble pour mettre en œuvre les paroles prononcées par leurs pères quand ils étaient en vie pour que le Congo puisse aller de l'avant", a-t-il fait mention.

Les acquis...

Pour en venir à la date du 17 mai célébrée chaque année en mémoire des Forces armées, Me Yoko la considère comme une deuxième indépendance de la RDC après celle du 30 juin 1960. "La première nous l'avons reçu le 30 juin 1960. Mais en ce qui concerne l'impact sur terrain, ce qui s'était passé le jour de l'entrée du mouvement de l'alliance des forces démocratiques congolaises avait plus d'impact sur le jour de l'indépendance du 30 juin dans la mesure où il y avait la guerre presque partout dans le pays, c'était vraiment une activité inimaginable", a-t-indiqué.

Parlant des acquis de cette date, le PCA de la Régideso laisse entendre qu'il y en a 2 majeurs. Le premier était la consolidation du Congo puisqu'il était divisé pendant beaucoup de temps, et le second était le fait que les ressources du Congo devaient profiter aux congolais.

Congo-Kinshasa

Mukanda au centre du procès des assassins présumés d'experts de l'ONU

Lundi 24 juin en République démocratique du Congo, une nouvelle audience a tourné autour du… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2019 La Prospérité. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.