Sénégal: Clôture du projet d'appui à l'éradication de la mendicité et maltraitance - L'assemblée, invitée à adopter le code de l'enfant

Après deux ans de service pour la cause des enfants, le Projet d'appui à l'éradication de la mendicité et maltraitance au Sénégal (PAEM), a procédé hier, jeudi 23 mai, à la cérémonie de clôture du projet. Une occasion saisie par le représentant régional du Haut-commissariat des Nations unies aux droits de l'homme (HCDH) pour plaider l'approbation du code des enfants.

Dans le cadre de l'éradication de toutes formes de maltraitances et d'exploitations que subissent les enfants, l'adoption du code de l'enfant à l'Assemblée nationale est le souhait du Haut-commissariat des Nations unies aux droits de l'homme (Hcdh).

Hier, jeudi 23 mai, lors de la cérémonie officielle de clôture du Projet d'appui à l'éradication de la mendicité et maltraitance des enfants au Sénégal (Paem), M. Andrea Ori, représentant régional du Hcdh, en rappelant l'engagement de son institution à soutenir les efforts du gouvernement dans sa volonté de mettre fin à l'exploitation des enfants par la mendicité forcée et toutes les autres formes de maltraitance qu'ils subissent, a demandé l'adoption par la représentation parlementaire du code de l'enfant.

« L'approbation du code de l'enfant, en conformité aux standards internationaux préfigure qu'enfin notre volonté de voir les enfants sortir définitivement de la rue soit une réalité », a laissé entendre M. Ori.

Selon lui la finalisation de la loi sur le code de l'enfant constitue l'une des plus grandes défis sur lesquels le Sénégal est attendu, tant au plan national et international de protection de l'enfant.

Andrea Ori dira par ailleurs : « Des progrès significatifs ont été obtenus dans les différents axes du projet bien qu'il reste encore des défis à prendre en compte dans le processus d'éradication de la mendicité des enfants.

Le député Juliette Paule Zingan, pour sa part, dira que le Paem a trouvé sa pertinence et l'Assemblée nationale envisage, dans un nouvel agenda, de travailler à faire adopter ce texte de loi. « Je réaffirme notre ferme détermination à jouer un rôle majeur dans le processus d'adoption du code de l'enfant ».

Cette cérémonie a vu la participation d'Alessandra Permattei, directrice de l'agence italienne de la coopération pour le développement, qui avait financé ledit projet à hauteur de 500. 000 euros, du représentant du ministre de la Justice, du directeur du cabinet du ministre de la Femme, de la famille, du genre et de la protection des enfants, mais aussi des «Serigne daara » et « Ndèye daara » et des centres d'accueil pour la protection des enfants qui ont bénéficié des appuis du projet.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.