Cameroun: Les martyrs de la liberté - Le cas de Eric Takou tué par les forces de l'ordre en 1991 à Douala

« S'il est inutile de revenir sur la rigueur de l'opération ville morte à Douala, il y a lieu de s'arrêter sur certains faits marquants qui ont entraîné des pertes en vies humaines de façon cruelle.

En effet, le jeudi 16 mai 1991, les éléments du commissariat du 7ème arrondissement de Douala investissent le long de la rue du centre universitaire de Douala.

Vers onze heures une légère altercation a lieu entre ces éléments et la population très présente dans la rue ce jour-là.

Le Commissaire du 7ème arrondissement dégaine aussitôt son arme et s'apprête à tirer .

A l'entrée du camp Sic de Bassa, il se heurte une fois de plus à une barricade qui, en fait, n'était plus une nouveauté.

Notre Commissaire, la main sur la gâchette, sème la panique : c'est la débandade générale. Il se dirige vers un jeune garçon qu'il exécute à bout portant de deux balles, une dans la tête, et une au niveau du bras.

Il s'agit bien du petit Takou Eric, né le 11 avril 1975, élève à l'Ecole bilingue de Maképé en classe de CM2 anglais ».

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Camer.be

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.