Sénégal: Vers le démarrage de l'ouvrage d'enrochement de la Langue de barbarie

Saint-Louis — Les travaux de construction de la digue de protection côtière de la Langue de Barbarie, à Saint-Louis (nord), vont bientôt démarrer pour coût de 10,496 milliards de francs CFA, un financement de l'Agence française de développement (AFD) et de l'Etat du Sénégal, a appris l'APS.

Lors de la réunion, ce vendredi, du comité de pilotage du projet de protection côtière de Saint-Louis, l'adjoint au gouverneur de la région de Saint de Saint-Louis en charge du Développement, Khadim Hann, a salué le projet de réalisation de ces travaux qui vont consister en des enrochements.

La réunion s'est tenue en présence de l'adjoint au maire de Saint-Louis, Alioune Diop, et d'un responsable de l'Agence française de développement (AFD).

Cette digue de protection d'une longueur de 2150 mètres et de 3 mètres de hauteur permettra aux populations de faire face à l'avancée de la mer, a-t-il souligné. Les travaux vont s'étaler sur 18 mois et la durée de vie de l'ouvrage est estimée entre 30 et 50 ans.

Selon Mamadou Wade, ingénieur en génie civile et Secrétaire général de l'Agence de développement municipal (ADM), cette première réunion du comité de pilotage, pour présenter et valider le projet, permettra "le démarrage effectif des travaux (... )".

"L'avancée de la mer a fait des dégâts sur la Langue de Barbarie, et c'est d'ailleurs, lors de la visite des présidents Macron et Macky, à Saint-Louis, que des mesures d'urgence ont été prises pour régler définitivement le problème l'érosion côtière", a-t-il souligné.

M.Wade a ajouté qu'un projet de gestion des eaux pluviales et un autre pour le relèvement d'urgence de la résilience de Saint-Louis sont en cours d'exécution.

"Il sera question de reloger les populations victimes de l'érosion au niveau de la Langue de Barbarie dans une zone déjà aménagée et sécurisée, pour accueillir les personnes déplacées", signale-t-il.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: APS

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.