Algérie: 14ème vendredi des marches - Les citoyens revendiquent le départ des symboles du système

ALGER - Les marches populaires pacifiques revendiquant le changement radical du système et le départ de tous ses symboles, se sont poursuivies à Alger et dans d'autres Wilayas du pays pour le 14ème vendredi consécutif, bouclant ainsi leur 3ème mois de contestation.

Visiblement moins nombreux comparativement aux semaines précédentes, les manifestants se sont rassemblées et concentrés beaucoup plus aux alentours de la Grande-Poste, le boulevard Amirouche et l'avenue Pasteur.

L'accès à l'esplanade de la Grande Poste a été fermé par les services de la wilaya d'Alger en raison du risque d'effondrement des escaliers de cet édifice construit en 1910.

Tous les accès menant au Palais du gouvernement et au tunnel de la faculté d'Alger au niveau de la Place Maurice-Audin ont également été fermés par un dispositif sécuritaire renforcé pour la circonstance et ce, dans le but d'éviter tout dérapage, d'où la décision de certains groupes de manifestants de se diriger vers la place des Martyrs en empruntant les boulevards Zighoud-Youcef et Che Guevara.

Malgré la chaleur et les effets du jeûne en ce 19e jour du ramadhan, la mobilisation n'a pas faibli. Les manifestants entonnaient des chants patriotiques en brandissant l'emblème national et scandant des slogans réclamant le départ de tous les symboles du système et exprimant leur rejet d'organiser des élections présidentielles le 4 juillet prochain.

Lire aussi: Des milliers de citoyens marchent pacifiquement pour renouveler leurs revendications d'un "changement radical"

Tout en brandissant les portraits des martyrs de la glorieuse Révolution du Novembre 1954, les citoyens ont scandé les slogans habituels et ont notamment appelé au départ des trois B (le chef de l'Etat Abdelkader Bensalah, le Premier ministre Noureddine Bedoui et le président de l'Assemblée populaire nationale (APN) Moad Bouchareb).

Les manifestants ont, en outre, exigé, à travers leurs slogans, l'ouverture d'enquêtes et d'engager des poursuites judiciaires contre les hommes d'affaires et les anciens responsables politiques impliqués dans des affaires de corruption et de dilapidation de deniers publics.

"Nous sommes un peuple uni que rien ne peut séparer", "Djeich-chaâb khawa khawa" (Armée et peuple sont frères), "Silmia, silmia" (Pacifique, pacifique), "Pour un Etat civil à la hauteur des sacrifices de nos martyrs", sont autant de slogans scandés lors de ces marches auxquelles ont pris part des activistes politiques et des défenseurs des droits de l'homme.

Il est à signaler que plusieurs personnes ont été interpellées par mesure préventive afin d'éviter toute agression contre les manifestants et affrontement avec les forces de l'odre chargées de préserver la sécurité et la quiétude des participants à ces marches pacifiques, a-t-on appris de source sécuritaire.

Pour rappel, l'APS diffuse des images et des vidéos sur ces marches sur son site internet (www.aps.dz).

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Algerie Presse Service

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.