Congo-Kinshasa: La DGM lance une opération de contrôle des étrangers

Combien d'étrangers y-a-t-il en RDC ? Quelles sont leurs activités réelles ? Combien parmi eux sont en règle avec les lois du pays ? Des questions auxquelles la Direction générale des migrations (DGM) veut désormais répondre.

Les nouveaux responsables de ce service ont donné, vendredi 24 mai, deux mois aux concernés pour se mettre en règle vis-à-vis de l'État congolais, avant l'opération de contrôle qui, selon la DGM, sera « sans pardon ».

Les étrangers qui séjournent illégalement dans le pays ont jusqu'au 17 juillet pour régulariser leur situation.

Selon Roland Kashwantale Chihoza, ces expatriés doivent compléter leurs dossiers conformément à la loi relative à la police des étrangers, à savoir « apporter la preuve de résidence personnelle, tout en sachant qu'aucune pratique de colocation n'est tolérée... », a tenu à préciser le numéro un de la DGM, qui leur a aussi demandé de « justifier des revenus suffisants pour couvrir leur séjour » en RDC.

« Cela va permettre d'éviter les évasions fiscales et cela va permettre à l'État d'avoir les moyens de contrôle parce que, vous savez qu'au-delà de la rémunération des étrangers, il y a les implications d'ordre fiscal », ajoute-t-il.

A la question de savoir quelle est la communauté qui pose le plus de problèmes, Roland Kashwantale a spécifié que « la communauté ouest-africaine, c'est l'une des communautés qui pose problème » et que la DGM va « les amener à régulariser » leur situation.

A la DGM, on affirme aussi être engagés dans la protection de l'emploi réservé aux nationaux. Ces derniers mois, des ressortissants asiatiques trouvés en situation irrégulière ont fait l'objet d'expulsions.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.