Maroc: Habib El Malki - Les associations constituent un pilier essentiel pour les institutions

Les associations constituent un pilier essentiel pour les institutions, à condition de respecter la limite entre les actions civiles et politiques, a indiqué, jeudi à Rabat, le président de la Chambre des représentants, Habib El Malki.

Intervenant lors d'une rencontre de communication avec les organisations de la société civile, initiée par la Chambre des représentants et axée sur les engagements de cette institution dans le cadre du "Partenariat pour un gouvernement ouvert" et du Parlement ouvert, il a affirmé que la société civile assure de nouveaux rôles encadrés par la Constitution et qui vont au-delà du statut classique des organisations et associations qui la composent, pour leur conférer une position constitutionnelle, légale et morale consacrant leur rôle déterminant dans la société.

Il a assuré que cette reconnaissance insufflera une nouvelle dynamique à la démocratie, en impliquant les citoyens, à travers des initiatives civiles, pour consolider l'interaction positive entre les institutions et la société, soulignant que la société civile a toujours joué un rôle dans l'identification de tout dysfonctionnement ou violation possible au niveau des politiques publiques et de la gestion des services publics.

Rappelant l'adhésion de la Chambre à l'initiative internationale " Partenariat pour un gouvernement ouvert", Habib El Malki a noté que l'institution législative a réalisé plusieurs projets portant sur l'implication, l'ouverture et la communication bien avant cette adhésion, tels le E-parlement, qui implique la circulation rapide et transparente des informations et données, la numérisation de son journal officiel, le lancement imminent de la nouvelle version de son site web et la création de la commission des pétitions au niveau du bureau de la Chambre.

Concernant les engagements de la Chambre des représentants dans le cadre du Partenariat pour un gouvernement ouvert, il a expliqué qu'il y en a 27, déclinés en huit axes portant, essentiellement, sur la mise en œuvre des dispositions constitutionnelles liées à la démocratie participative et citoyenne, l'implication des citoyens dans le processus législatif, la mise en œuvre des dispositions constitutionnelles relatives au droit d'accès à l'information et de son usage, la diffusion de la culture parlementaire, l'ouverture sur la société et l'association des citoyens dans le processus d'évaluation des politiques publiques.

Dans ce sens, la Chambre entend mettre en place un mécanisme permanent des relations avec les associations et un registre des organisations de la société civile accréditées auprès de l'Institution, initier des sessions de formation sur l'action parlementaire au profit des associations et approfondir le dialogue avec elles, a-t-il fait savoir.

De leur côté, les représentants de la société civile ont insisté sur la nécessité d'ouvrir l'espace parlementaire à la dynamique civile et d'impliquer les associations dans l'élaboration et l'évaluation des politiques publiques, mettant en avant le besoin d'amorcer un dialogue continu pour développer et améliorer la qualité des lois encadrant l'action associative, notamment celles relatives aux motions et pétitions et à l'accès à l'information.

Ils ont, également, appelé l'institution législative à prendre en compte les avis et propositions de la société civile et à garantir l'accès à l'information en temps opportun, plaidant pour l'établissement d'une plateforme d'action consensuelle dans le cadre de la complémentarité, le respect, l'indépendance des institutions et la définition des relations entre société civile et Parlement.

Les intervenants ont, aussi, revendiqué la mise en place d'un cadre juridique et d'un espace de coopération, l'institutionnalisation du partenariat entre société civile et Parlement et la refonte des formules et modalité d'implication des associations dans l'instauration du socle constitutionnel.

L'initiative "Partenariat pour un gouvernement ouvert" vise principalement à obtenir des gouvernements des engagements concrets en faveur de la démocratie participative, en mettant le citoyen au cœur de la gestion de la chose publique par la promotion de la transparence, de l'autonomisation des citoyens, de la lutte contre la corruption et de l'exploitation des nouvelles technologies pour renforcer la bonne gouvernance.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Libération

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.