Togo: Signaler ou dénoncer ?

25 Mai 2019

Le Togo ne promeut pas la culture de la dénonciation. Les choses doivent être dites. Cependant leur 'contribution' est la bienvenue pour signaler les cas de corruption supposé.

C'est en substance le message d'Essohanam Wiyao le président de la Haute Autorité de prévention et de lutte contre la corruption et les infractions assimilées (HAPLUCIA)

'Nos concitoyens comprennent peu à peu la nécessité de dénoncer des cas de corruption', a-t-il indiqué.

Deux 'petites dénonciations' avaient été enregistrées 2018. Elles sont plus nombreuses cette année et portent sur des gros dossiers, a précisé M. Wiyao.

Trois dossiers sont sur le bureau de la Haute Autorité, ceux concernant les fonds de la CAN 2013 et 2017, et le marché concernant la réhabilitation de la route Lomé-Vogan-Anfoin (RN34).

Les investigations seront terminées d'ici 3 mois et la justice prendre éventuellement le relais.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.