25 Mai 2019

Ile Maurice: Ambiance - Le député Ravi Rutnah esseulé

D'habitude, il essaie de réorienter les questions de l'opposition pour que le gouvernement en tire profit. Le député Ravi Rutnah n'a pas eu le soutien de ses collègues de l'alliance gouvernementale quand il a tenté le coup mardi.

Il a dû faire face à une réaction brutale de ses adversaires alors qu'il visait directement le député Patrice Armance. Celui-ci venait tout juste d'adresser une question au ministre Alain Wong sur l'aide versée aux organisations non gouvernementales (ONG). «Est-ce que l'association FAITH a comme président Patrice Armance ?» a demandé le député du Muvman Liberater (ML) alors que plus tôt le ministre a fait ressortir que FAITH a profité du programme du Corporate Social Responsibility.

La réaction de Patrice Armance a été instantanée. «Eta ! Sorti la alé do baya», a-t-il lancé au député. Les autres membres du Parti mauricien social-démocrate ne sont pas restés silencieux. «La ont lor twa !» a-t-on entendu. Les Bleus ont également eu le soutien de Shakeel Mohamed. «To enn kloun», a-t-il répété. En dépit de toutes ces remarques ou des propos qui auraient pu être jugés comme étant «unparliamentary», aucun membre de la majorité n'a ni soulevé un point de droit ni attiré l'attention du Deputy Speaker Joe Lesjongard.

Quand Patrice Armance a expliqué qu'il a fondé l'ONG avant les élections de 2014 et qu'il n'a bénéficié de rien, Shakeel Mohamed lui a conseillé de ne pas s'abaisser au même niveau que Ravi Rutnah. «He swims in dirt !» a ajouté le député du Parti travailliste. Encore une fois, les membres de la majorité n'ont pas réagi. C'est probablement dû à la bande audio en circulation, dans laquelle le député aurait critiqué des élus âgés du gouvernement.

Cependant, tard de la soirée, le leader du ML, Ivan Collendavelloo, qui intervenait lors des débats sur l'United Nations (Financial Prohibitions, Arms Embargo and Travel Ban) Sanctions Bill s'est montré plutôt élogieux envers Ravi Rutnah. Pourtant, une semaine plus tôt, il avait fait un walk-out alors même que le Deputy Whip s'était mis debout pour discourir. Démarche qu'Ivan Collendavelloo a évité de répéter.

Ile Maurice

Cap-Malheureux - Le travail tarde... Il n'y a toujours pas de place pour les morts

Les habitants de Cap-Malheureux sont mécontents et ce, depuis plus d'un an. Ils doivent enterrer leurs morts dans… Plus »

Copyright © 2019 L'Express. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.