Congo-Brazzaville: Deuxième édition Festim Brazza - Le comité de pilotage et les partenaires se concertent

Les deux parties se sont réunies, le 24 mai à Brazzaville, pour échanger sur les enjeux et l'agenda préliminaire de l'édition de cette année. L'événément prévoit une programmation diversifiée aux bénéfices de tous les participants.

La première réunion de prise de contact a été axée sur les préparatifs des activités sélectionnées à la deuxième édition du Festival d'images de Brazzaville (Festim Brazza). Elle a permis également aux ambassades et organisations partenaires de proposer et confirmer leurs programmes d'activités ainsi que leur vision symbolique. Pour le gouvernement et les sponsors, cette rencontre a été aussi le moment favorable d'ouvrir les discussions de leurs participations et l'agenda de leurs activités.

« Compte tenu des résultats attendus de ces travaux, ces assises permettront de définir, grâce aux suggestions de tous les acteurs sollicités, le meilleur scénario afin que cette édition soit mieux que celle de l'année passée », a déclaré Claudio Sama Kenegui, promoteur et administrateur du Festim Brazza.

Selon les organisateurs, Festim Brazza vise à promouvoir le tourisme culturel à travers la diplomatie. En cela, il s'engage à accompagner le Congo et ses pays partenaires à rendre exhaustive la diversification de leurs économies, à vulgariser le rôle des institutions internationales ainsi que leur fonctionnement et à lutter contre le chômage et la délinquance juvénile.

Son déploiement bénéficie, a priori, tant aux Congolais qu'aux ressortissants étrangers en résidence en République du Congo et leurs Etats, voire aux touristes.

Festim Brazza se tiendra, comme l'année dernière, du 1er au 10 août, mais cette fois-ci, à l'esplanade du Centre national de radio et de télévision. Ce site fera office d'un village touristique, culturel et communautaire où seront érigés des stands des pays (ambassades), ONG et sponsors.

A cet effet, il est notamment prévu des expositions d'œuvres photographiques, graphiques, picturales, faisant la promotion du potentiel touristique, culturel et économique de la République du Congo ainsi que des pays participants et sponsors de l'événement.

Par ailleurs, Festim Brazza, ce sera aussi des animations de groupes musicaux modernes et traditionnels; un espace gastronomique dédié aux dégustations des plats culturels des différentes communautés; une tribune d'exposés sur des propositions et avancées significatives des secteurs du tourisme, de la culture, de l'économie et de l'écologie; un espace de projection cinématographique sur le potentiel culturel de l'environnement que regorge chaque nation participante.

La réunion entre le comité de pilotage de la deuxième édition de Festim Brazza et ses partenaires a connu la participation du président de la commission Science, culture et technologie de l'Assemblée nationale, Félix Tchicaya; des représentants des ministres du Tourisme et de l'environnement, de la Culture et des arts, de la Justice, des Droits humains et de la promotion des peuples autochtones ; des émissaires des ambassades du Gabon, de la République démocratique du Congo, de la Guinée équatoriale, du Maroc, de la France, de l'Angola, du Cameroun, du Sénégal, de la Côte d'Ivoire, de la Turquie et de l'Algérie ainsi que de quelques opérateurs culturels, touristiques et membres de la société civile.

Notons que cette année, le Festim Brazza est présidé et parrainé par la ministre du Tourisme et de l'environnement, Arlette Soudan-Nonault, marraine de l'édition.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Brazzaville

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.