25 Mai 2019

Congo-Kinshasa: Enfin, Ilunga!

L'oiseau rare, que le président Félix Tshisekedi recherchait depuis quatre mois, pour occuper le poste de Premier ministre de la République démocratique du Congo (RDC), s'est révélé être M. Sylvestre Ilunga Ilunkamba.

Où se cachait-il donc pendant tout ce temps, pourrait-on se demander ? En réalité pas très loin, puisqu'il est membre du PPRD, le parti de l'ex-président Joseph Kabila, et donc aussi du Front commun pour le Congo (FCC), la coalition qui a gagné les élections législatives et provinciales l'année dernière. Il a fallu sans doute établir si Ilunga ferait le pont entre le nouveau chef de l'Etat et son prédécesseur que tout apprend pour l'instant à travailler ensemble.

Sexagénaire, plusieurs fois ministre, cet homme appelé « à la barre » pour reprendre le titre de nos confrères de Radio France internationale a donc la mission de conduire la nouvelle équipe gouvernementale qui attend d'être constituée. Le 24 janvier 2019 est la date de la prestation de serment de Félix Tshisekedi, le 20 mai 2019, celle de la nomination du Premier ministre. On pourrait peut-être patienter encore un peu, le temps de voir le FCC et le Cap pour le changement (Cash), les deux plates-formes au pouvoir à Kinshasa, s'accorder sur les noms des ministres et la dénomination des ministères avant d'en publier la liste finale.

Pendant quatre mois, Félix Tshisekedi et Joseph Kabila auront fait preuve de dépassement de soi, les dissensions possibles qu'ils ont pu avoir pour trouver un Premier ministre « convenable » aux deux camps n'ayant pas donné lieu à un quelque affolement dans le pays. Mais l'ossature de l'équipe gouvernementale à venir pourrait tout de même renseigner sur le prolongement de la mésentente cordiale entre eux, surtout quand on verra, comme dit plus haut, l'intitulé des fonctions attribuées aux uns et aux autres. Combien, par exemple, y aura-t-il de vice-Premiers ministres ? A quel allié reviendront les portefeuilles régaliens comme la Défense, l'Intérieur, les AE, les Finances ou encore l'Industrie ?

A ces arbitrages qui ne manqueront pas de faire prendre du temps aux décideurs du Cach et du FCC, il faudrait ajouter la posture du Premier ministre lui-même. En raison de son expérience politique et administrative, il lui est accordé un préjugé favorable au sein de l'opinion nationale. Il lui restera cependant de se rendre maître du jeu en prenant le dessus sur ses ministres si, néanmoins, ceux qui les lui proposeront le rendent responsable du comportement de chacun d'eux. A ce prix, peut-être, Sylvestre Ilunga Ilunkamba pourrait s'avancer un peu plus loin dans l'engagement qu'il a pris, aussitôt sa nomination actée, de « contribuer à l'amélioration des conditions de vie des citoyens congolais dans la transparence et la bonne gouvernance ».

Sylvestre Ilunga Ilunkamba a aussi rappelé que son pays traversait « un moment crucial de son histoire ». Il est vrai qu'un tel constat peut prendre sa source sur une période bien plus longue que les trois années (2016-2019) du passage à vide provoqué par l'attente des élections générales. Comme la plupart de ses voisins en Afrique centrale ou dans les Grands Lacs, la RDC est en crise depuis bien longtemps. Il semble que comme ces derniers, toutes les périodes de son histoire se sont avérées cruciales : indépendance, parti unique, démocratie, guerres civiles, etc. Le mieux pour tous serait, quand apparaît une éclaircie (c'est bien le cas pour Kinshasa aujourd'hui), d'œuvrer à dépasser la bonne intention.

Congo-Kinshasa

CAN 2019 - La délégation pléthorique de la RDC indigne sur les réseaux sociaux

La défaite de la RDC face à l'Ouganda n'a rien fait pour arranger les choses. La délégation… Plus »

Copyright © 2019 Les Dépêches de Brazzaville. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.