25 Mai 2019

Madagascar: Rajoelina annonce une réduction drastique du nombre de sénateurs

À Madagascar, la décision du président de la République de réduire le nombre de sénateurs de 63 à 18 fait réagir. Lors d'un Conseil des ministres ce 22 mai, Andry Rajoelina a modifié par ordonnance la loi relative au fonctionnement du Sénat. Une réduction du nombre de parlementaires pour faire des économies sur une institution budgétivore, explique la présidence.

« Une démocratie a toujours un coût. » C'est la réponse du président du Sénat, Rivo Rakotovao, après l'annonce de la réduction drastique du nombre de sénateurs par le président de la République. « Je suis pour la bonne gouvernance mais les indicateurs d'une démocratie, ce n'est pas seulement la construction d'infrastructures. On ne peut pas évaluer les parlementaires par rapport à cela », poursuit ce proche de l'ancien chef de l'État Hery Rajaonarimampianina.

En réduisant le nombre de sénateurs, Andry Rajoelina souhaite en effet faire des économies, qui serviront notamment à construire des universités. Douze sénateurs seront élus et six nommés par le chef de l'État. Fin avril, ce dernier avait tenté d'organiser un référendum pour modifier la Constitution et supprimer le Sénat. Référendum qui n'avait pu avoir lieu après un avis défavorable de la Haute Cour constitutionnelle, la plus haute juridiction du pays. Les sénateurs ont déjà déposé une demande d'interprétation auprès de la HCC concernant cette ordonnance.

Le budget devrait être réduit de moitié

La société civile, elle, demande des éclaircissements sur les sommes économisées. Faraniaina Ramarosaona est la coordinatrice des actions de lutte contre la corruption au sein de la plateforme Rohy, présente dans toutes les régions de Madagascar. « Il semble que les sénateurs qui sont en place disent que le budget du Sénat n'est pas si grand que ça, explique-t-elle au micro de RFI. Il faut approfondir cet aspect. C'est une vraie mesure d'austérité. Cela reste à démontrer ! »

Contactée, la présidence indique qu'avec cette réduction, le budget de la Chambre haute passera de 43 milliards d'ariary (soit 10 500 000 euros) à 23 milliards d'ariary (soit 5 600 00 euros). Elle précise aussi que le calendrier électoral reste le même. L'élection qui mettra en place un Sénat à 18 parlementaires aura lieu à la fin du mandat des sénateurs actuels, soit début 2021. Avant l'application de cette modification, la Haute Cour constitutionnelle devra se prononcer sur cette ordonnance prise par le président de la République.

Réaction du côté du TIM de Ravalomanana

Le principal parti d'opposition, le TIM de l'ancien président Marc Ravalomanana, dénonce une décision « abusive prise sur un coup de tête ». « On ne peut pas réduire le nombre de sénateurs comme ça. C'est une institution qui a un rôle important à jouer face à l'État et dans l'équilibre des pouvoirs », indique Olga Ramalason, secrétaire générale du parti et sénatrice.

« Le Sénat représente aussi les collectivités territoriales décentralisées et les organisations économiques et sociale. Il faut que le président apprenne à connaître son rôle et sa raison d'existence. Pourquoi insiste-t-il comme ça ? Pourquoi n'attend-il pas la nouvelle Assemblée nationale qui sera mis en place d'ici peu pour faire passer ce projet ? Je pense que c'est une décision à un but personnel car la majorité des sénateurs sont HVM », le parti du président sortant Hery Rajaonarimampianina, poursuit la sénatrice du TIM.

Madagascar

Confiscation des biens mal acquis - Les ONG malgaches dénoncent une reculade

À Madagascar, le consortium des organisations de la société civile engagées dans la lutte… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2019 Radio France Internationale. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.