Cote d'Ivoire: Le rapprochement entre FPI et PDCI se confirme

En Côte d'Ivoire, le rapprochement entre Henri Konan Bédié et Laurent Gbagbo se confirme lentement, mais sûrement. Jeudi, une délégation envoyée par l'ex-président ivoirien, toujours en résidence surveillée à Bruxelles, a rencontré le chef du PDCI dans son fief de Daoukro, dans le centre-est du pays.

C'est la deuxième prise de contact entre les deux formations politiques en moins d'un mois, alors qu'approche la présidentielle d'octobre 2020. Mais pour l'instant, les anciens rivaux résument leurs échanges autour d'un seul thème : la réconciliation nationale.

Après avoir reçu à Bruxelles une délégation du PDCI le 7 mai dernier, le fondateur du FPI a envoyé la sienne sur les terres baoulé du Sphinx de Daoukro. Conduit par le secrétaire général Assoa Adou, le groupe de cadres FPI a mis sur la table les sujets désormais habituels. A savoir, la gouvernance du parti au pouvoir RHDP, qui, selon leur analyse, mène le pays dans le mur. Et comment parvenir à l'alternance à la présidentielle d'octobre 2020.

Pourtant, si au sein des deux partis d'opposition on se félicite de ce rapprochement, on insiste sur le fait qu'il ne s'agit pas d'un rapprochement idéologique, qu'aucune alliance n'est actée. Et que seule la réconciliation véritable entre les Ivoiriens prime pour l'instant. Une réconciliation dont Henri Konan Bédié et Laurent Gbagbo revendiquent aujourd'hui le leadership.

Pour le politologue Arthur Banga, ce slogan est la meilleure façon entre les ennemis d'hier d'engager les pourparlers d'aujourd'hui, le FPI étant historiquement à l'opposé des idées politiques du PDCI. Le but affiché est donc de dépasser les clivages, en gardant en ligne de mire la présidentielle de l'an prochain. Pour l'analyste Arthur Banga, le PDCI souhaite au mieux une alliance avant le scrutin. Au pire, un report des voix en faveur au second tour.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.