Sénégal: Violences faites aux femmes - Un collectif appelle à la criminalisation du viol

Dakar — Le Collectif contre les violences faites aux femmes et aux enfants, a appelé samedi à Dakar, à la criminalisation du viol et à la tolérance zéro contre ses auteurs.

"Nous demandons que le viol soit criminalisé et la tolérance zéro pour protéger les femmes et les enfants d'une destruction physique et mentale qui leur coûte de plus en plus la vie à la fleur de l'âge", a déclaré Elyas Ndoye, un de ses membres.

M.Ndoye lisait un mémorandum signé par une quarantaine d'associations et de plateformes regroupant des associations et des mouvements de femmes, lors d'un sit-in tenu à la Place de la Nation.

Cette manifestation fait suite à une série de meurtres enregistrés au Sénégal, dont celui de Bineta Camara à Tambacounda, une affaire qui a particulièrement ému à travers le pays.

La peine de mort, qui n'a plus été appliquée au Sénégal depuis 1967, a été abolie à la faveur du vote d'une loi par le Parlement le 10 décembre 2004.

Le collectif a par la même occasion appelé "l'Etat à renforcer son arsenal juridique et institutionnel pour protéger les droits des femmes et des enfants".

De même, il a exhorté "la population à briser le tabou pour éviter le +neup neupal+ (étouffer l'affaire) qui ne fait qu'aggraver le problème".

"La protection des femmes et des enfants est l'affaire de tous et nous disons stop aux violences qui leurs sont faits", ont dit les membres du collectif qui ont scandé "Dafadoy" (ça suffit, wolof).

Ils se disent convaincus que "la solution est de mettre fin à ce fléau notamment par la mise en place d'une stratégie efficace de la part des pouvoirs publics, de la société civile et impliquant les populations".

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Sénégal

Plus de: APS

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.