Guinée Bissau: Le PAIGC insiste sur la nomination du Premier ministre

En Guinée-Bissau, le PAIGC et ses alliés ont à nouveau mis la pression, faisant descendre dans les rues, samedi 25 mai, des milliers de leurs partisans pour obliger le président José Mario Vaz à nommer un nouveau Premier ministre ou à abandonner le pouvoir. Le PAIGC, qui a remporté les législatives, exige la nomination de son leader au poste de chef du gouvernement.

Le Parti africain pour l'indépendance de la Guinée et du Cap-Vert (PAIGC) et ses alliés mettent à nouveau la pression. Samedi, pour la troisième fois, des milliers de leurs militants ont battu le pavé de la périphérie nord de Bissau jusqu'à la place Pindji Guit, près du port, sur une distance de deux kilomètres. Les manifestants scandaient des propos hostiles au président José Mario Vaz.

La Communauté économique des États d'Afrique de l'Ouest (Cédéao) n'a pas échappé non plus aux critiques du leader du PAIGC, Domingos Simoes Pereira, qui considère la démarche de l'organisation régionale hésitante et peu transparente.

« La Guinée-Bissau est membre de plein droit de la Cédéao. Nous ne lui demandons pas de faveurs mais exigeons qu'elle vienne nous aider, parce que si la Cédéao ne fait partie de la solution, elle n'en constitue pas moins une partie du problème », a-t-il déclaré.

Pour faire partir le président Vaz, Domingos Simoes Pereira a dévoilé la stratégie que son parti et ses alliés comptent mettre en place les prochains jours, à savoir faire venir, des quatre coins du pays, des milliers et des milliers de Guinéens et marcher sur le palais.

« Nous informons notre peuple pour lui dire de quel côté de Bissau il doit s'élever. Il ne viendra pas seulement de Bissau, d'ailleurs. Il viendra de l'est du pays, du sud, du nord et des îles Bijagos. D'autres sortiront de l'intérieur du palais pour tourner définitivement cette page », a ajouté Domingos Simoes Pereira.

La marche s'est achevée sans incidents en début d'après-midi.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.