Ile Maurice: Accouchement imprévu - Elle a fait (naître) un bébé toute seule...

Allongée sur son lit d'hôpital, mercredi, Varsha Puran, plutôt réservée, arbore un joli sourire. La veille, cette habitante de St-Hubert a accouché d'une fille, alors que le grand jour était prévu pour le 7 juillet. Sa troisième, puisqu'elle en a déjà deux autres, de 8 et 6 ans.

La jeune femme au foyer de 25 ans revient sur les faits. «Tou ti normal le matin. J'ai effectué les tâches ménagères comme à l'accoutumée. Vers 13 heures, j'ai commencé à ressentir des douleurs. Au début, j'ai cru que c'était des douleurs normales. Je suis partie aux toilettes avant de regagner ma chambre, où je me suis allongée sur le matelas. J'étais seule à la maison, mon conjoint, Sunny Koroo, étant sorti.»

Contre toute attente, son bébé est arrivé au monde vers 14 h 15. «Enn kou mo'nn al gagn douler for. Zanfan-la inn fini sorti lor matla mem. Mo pann kapav tini.» Quelques instants plus tard, en l'entendant crier de toutes ses forces, sa belle-soeur, Asha, débarque. Celle-ci alerte alors des voisines. «On a aussi appelé mon conjoint et le SAMU. Entre-temps, on a mis le bébé sur moi. Je suis restée dans cet état jusqu'à l'arrivée de l'ambulance vers 15 h 50. En rentrant de l'école à 15 heures, ma cadette (NdlR, l'aînée habite avec la belle-mère de Varsha Puran à Cluny) a eu peur en me voyant ainsi. Elle est immédiatement sortie de la maison pour rejoindre les autres enfants qui habitent dans la même cour», relate Varsha Puran.

L'express s'est rendu chez les proches de la jeune femme, mercredi. Sa bellemère, Rajwantee Maton, 65 ans, raconte qu'en entendant les cris de Varsha, elle a demandé à sa fille d'aller la voir. «Le bébé était déjà là. Ou pa gagn per la ? Pa tiéna nurse nanié. On a appelé au dispensaire mais on nous a dit que l'infirmière ne peut sortir pour venir voir Varsha. On est partis au poste de police. Une ambulance non-médicalisée est venue mais on n'a rien pu faire pour la maman et le bébé. Ce n'est qu'après qu'une ambulance médicalisée est arrivée.»

Entre-temps, les sages-femmes improvisées ont essuyé le bébé avec un vêtement, puis l'ont enveloppé dans une couverture. Varsha Puran a aussi été couverte. «C'est la première fois que je suis face à une situation où une femme a accouché et qu'il n'y a personne pour s'occuper d'elle. Monn gagn tranbléman», avoue la belle-mère. À l'arrivée du médecin, il a coupé le cordon ombilical. Mère et fille ont été transportées à l'hôpital Jawaharlall Nehru à Rose-Belle. Si Varsha Puran a pu quitter l'établissement hospitalier jeudi, le bébé s'y trouve toujours.

Au niveau du ministère de la Santé, on avance que ce jour-là, l'ambulance du SAMU était déjà prise avec un patient gravement atteint. C'était prévu qu'elle se rende auprès de la jeune femme juste après. Une ambulance ordinaire avait été envoyée pour assurer que la mère et l'enfant allaient bien. C'est tout ce qu'on peut leur souhaiter.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.