Mali: Interpellé par Tiébélé Dramé, Sidi Brahim Ould Sidati calme le jeu

Le 25 mai, «Journée de l'Afrique», a été marqué par une cérémonie à Bamako, comme ailleurs sur le continent. Il y eut de nombreux invités... et un un moment de tension lorsque, prenant la parole au nom du gouvernement malien, Tiébilé Dramé, ministre des Affaires étrangères, a reproché à haute voix et en des termes clairs au représentant de la Coordination des mouvements de l'Azawad (CMA, ex-rébellion), également présent, de ne pas avoir eu l'attitude qu'il devait lorsque l'hymne national du Mali a été entonné.

Prenant la parole après l'exécution de l'hymne national du Mali, le ministre des Affaires étrangères évoque l'accord de paix, signé par le gouvernement et les ex-rebelles.

« L'accord d'Alger est un tout pour nous. A savoir, la réconciliation nationale, le confort de notre démocratie », déclara Tiébélé Dramé.

Ensuite, il interpelle le représentant de l'ex-rébellion, présent à la cérémonie. « Mais l'accord d'Alger, c'est aussi le respect de l'unité nationale. C'est pourquoi je déplore, tout à l'heure, quand le chant du Mali était étonné, que le président en exercice de la CMA, mon frère Sidi Brahim Ould Sidati se lève avec du retard et ensuite croise les bras de façon désintéressée. L'hymne national du Mali, c'est le chant du Mali ! Il est souhaitable que tous les Maliens le respectent ».

Sidi Brahim Ould Sidati, de l'ex-rébellion, ne répond pas sur le champ alors que les propos du ministre ont été largement relayés par la télévision nationale et les réseaux sociaux.

Vingt-quatre heures après, contacté par Rfi, entre sincérité et regret, Sidi Brahim Ould Sidati, qui fait partie d'un mouvement où il y a toujours des indépendantistes, a voulu calmer le jeu. Il s'est bien levé, dit-il, et il ajoute : croiser les bras pour écouter le chant du Mali est pour lui un signe de respect.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.