Cameroun: France - Le groupe Bolloré poursuivi pour le non-respect d'un plan signé au Cameroun

Dix ONG et syndicats camerounais et français assignent le groupe Bolloré devant la justice française. Ils veulent obtenir l'application d'un plan d'amélioration des conditions de vie des travailleurs et des populations des plantations d'huile de palme exploitées par le groupe et ses filiales au Cameroun.

L'affaire remonte à 2013, sous la pression de Sherpa, Bolloré avait accepté de mettre en place sous l'égide de l'OCDE une série de mesure visant à combattre les pollutions inhérentes à l'exploitation des plantations, mais aussi à améliorer la vie des travailleurs. Le plan a connu un début d'application en 2014 avant d'être abandonné quelques mois plus tard.

Désormais, c'est le tribunal de grande instance de Nanterre qui devra déterminer si la promesse prise par le groupe Bolloré envers les populations du Cameroun et leurs ONG partenaires a valeur de contrat, et si ce contrat n'a pas été respecté.

L'affaire remonte à 2010 quand Sherpa et trois autres ONG saisissent un mécanisme de l'OCDE, l'Organisation de coopération et de développement économique, pour obtenir une médiation.

Les ONG dénoncent l'impact social et environnemental de l'exploitation de l'huile de palme par des filiales du groupe Bolloré, Socapalm et Socfin, au Cameroun.

Sous l'égide du PCN, le Point de contact national de l'OCDE, Bolloré et les ONG négocient un plan d'action. Plan non contraignant qui prévoit des actions de dépollution, de protection des riverains, mais aussi d'amélioration des conditions de vie des travailleurs.

Début 2014, ce plan connait un début d'application, mais tout s'arrête quelques mois plus tard, en novembre.

Emmanuel Elong, président d'une association de travailleurs et riverains des plantations d'huile de palme de la Socapalm, société du groupe #Bolloré, explique pourquoi ils l'assignent à nos côtés aujourd'hui (vidéo disponible sur https://t.co/EhOnq2EfRL) pic.twitter.com/4bodQHpiuT

Sherpa (@Asso_Sherpa) 27 de mayo de 2019

Selon l'avocat de Bolloré, maître Baratelli, le groupe Bolloré n'y est pour rien, la faute en revient à Socfin, dont Bolloré détient moins de 10% du capital. Mais pour Sherpa, Bolloré cherche à se défausser. Le groupe qui a su imposer à Socfin de négocier un plan d'action doit pouvoir la contraindre de l'appliquer.

Ce que nous demandons à Bolloré aujourd'hui, c'est de bien vouloir respecter ses engagements.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.