Gabon: Polémique - Les U20 féminines victimes d'abus à Marseille

L'actualité au sujet des jeunes footballeuses qui ont participé à la Sud Ladies Cup en France défraie actuellement la chronique sur les réseaux sociaux. Pour savoir exactement ce qui s'est passé durant leur séjour à Marseille, le Ministre des Sports a diligenté une enquête pour que la lumière soit faite sur cette sombre affaire.

On croyait l'affaire des abus sexuels terminée dans le milieu du sport depuis les révélations de Nzigou Chiva Star. Mais depuis quelques jours déjà, suites aux informations selon lesquelles, les footballeuses gabonaises présentes en France pour la Sud Ladies Cup auraient été victimes d'abus sexuels et d'attouchement qui créent actuellement la polémique au Gabon. Certaines sources révèlent de graves incidents dont seraient responsables les dirigeants de l'équipe féminines des moins de 20 ans. Des témoignages poignants qui donnent froid dans le dos.

En effet, à Marseille, elles ont vécu un « calvaire » selon des témoignages. Leurs passeports et téléphones portables ont été confisqués, et elles n'avaient pas droit aux visites. Elles auraient été victimes également d'injures et de traitements inappropriés de la part des responsables de l'équipe, en l'occurrence Léocadie Ntsame, qu'elles citent nommément. « Certains dirigeants ont couché avec des filles » révèlent l'une d'elles. D'autres avouent que les défaites engrangées ne les ont pas aidés dans ce sens, et ont encouragé les dirigeants à abuser d'elles. Dans cette atmosphère, elles ne pouvaient pas donner le meilleur d'elles-mêmes, et l'influence de la présidente a beaucoup diminué leur moral dans la mesure où cette dernière influait sur le classement de l'équipe.

Rentées sur Libreville depuis mercredi 22 mai dernier, elles sont logées dans un motel non loin du siège de la FEGAFOOT. Le sit-in effectué par les jeunes filles a fini par interpeller le président de la fédération Pierre-Alain Mounguengui qui a écouté les plaintes de ces dernières. Elles ont expliqué qu'elles n'ont rien reçu comme primes, sauf celles qui retournent chez elles en province ; elles n'ont perçu que 25.000 francs CFA. Se sentant abandonnées, elles ont tout fait pour attirer l'attention du Ministre qui a finalement réagi en diligentant une enquête. Les présumés coupables ne se sont pas exprimés depuis lors pour démentir les faits.

Le procureur de la République s'est saisi de cette affaire selon le communiqué du Ministère des Sports, Alain-Claude Bilié-By-Nzé a promis que « la loi doit s'appliquer dans toute sa rigueur ».

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Gabonews

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.