Madagascar: Législatives - Fort taux d'abstention

Assemblée nationale malgache.

La légitimité de nos futurs députés est en jeu avec ce très faible taux de participation.

Les députés de la prochaine Législature risquent d'être les députés les plus mal élus de l'histoire de Madagascar.

On s'achemine vers un très faible taux de participation que Madagascar n'a jamais connu. C'est le moins qu'on puisse dire du scrutin d'hier. Dans la Capitale, ce taux de participation varie entre 20% et 25%. Dans certains districts hors de la province d'Antananarivo, on a même enregistré 15% de taux de participation.

Le désintéressement des électeurs est constaté. Des réactions n'ont pas tardés. Pour certains, le comportement des députés de la précédente législature a dégouté les citoyens. Pour d'autres, ce faible taux de participation trouve son origine dans la façon dont la CENI et la HCC ont géré la dernière élection présidentielle.

Hier, le président national du TIM Marc Ravalomanana pressentait ce fort taux d'abstention lorsqu'il a effectué son devoir de citoyen à l'EPP à Faravohitra. « Les gens ne veulent plus voter car ils savent que leur choix n'a pas été toujours respecté. Les électeurs ne veulent plus qu'on détourne leur choix. Ils préfèrent ne pas faire des déplacements pour voter. », a-t-il expliqué.

Hier à 21h30mn, aucun résultat officiel n'a été encore affiché aux tableaux de la CENI à Alarobia. Au niveau des six arrondissements de la Capitale, les résultats provisoires placent le TIM K-25 et l'IRD en tête. Dans le Vème Arrondissement, les scores réalisés par les candidats de ces deux formations politiques sont très serrés. Tandis que dans d'autres arrondissements dont le VIème et le IIème, l'écart des voix est largement suffisant en faveur des candidats du TIM K-25. Visiblement, le TIM de Marc Ravalomanana a amélioré ses scores par rapport à ceux qu'il a réalisés lors des dernières présidentielles.

Majorité. Au siège de la CENI à Alarobia, on attend depuis hier soir les résultats envoyés depuis les 119 districts de Madagascar. On y installe six tableaux dont un par province. On y projette les résultats par province. Une fois que les résultats des districts atterrissent à Alarobia, les commissaires électoraux les valident et on les publie.

Cette procédure risque de retarder la publication des résultats non officieux, mais elle permet de lutter contre les éventuelles erreurs. D'après le vice-président de la CENI Thierry Rakotonarivo, la commission électorale publiera les résultats provisoires des Législatives d'hier le 15 juin.

A partir de cette date, la HCC aura deux semaines pour proclamer les résultats officiels. A l'allure où vont les choses, la future Assemblée nationale sera dominée par deux formations politiques qui sont l'IRD et le TIM. Les indépendants pourraient faire des surprises dans certains districts. La question qui se pose est de savoir si l'IRD d'Andry Rajoelina aura la majorité requise pour le vote des projets de loi à l'Assemblée nationale.

En tout cas, le scrutin d'hier s'est déroulé en général dans le calme dans tout Madagascar. Des incidents ont gâché cette accalmie dans quelques circonscriptions dont à Tana II où un groupe de jeunes aurait tenté de voter avec des fausses cartes d'identité. La tentative de fraudes a été découverte.

A Toamasina I, 11 candidats s'insurgeaient contre des tentatives de fraudes qui consistaient à faire voter dans des bureaux de vote des gens qui n'y sont pas inscrits. Les 11 candidats ont improvisé des descentes au niveau des certains bureaux de vote du Grand Port pour constater de visu les faits incriminés.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Midi Madagasikara

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.