28 Mai 2019

Gabon: Le blocage du port d'Owendo entraîne un chômage partiel

Près de 400 employés sont au chômage technique et 760 autres sont menacés de l'être également. L'affaire du kevazingo, la disparition de 353 containers de bois précieux au Gabon, a des répercussions sur la filière bois dans le pays. Dans un communiqué publié hier lundi, l'UFIGA, l'Union des Forestiers Industriels du Gabon et Aménagistes, tire la sonnette d'alarme.

Des entreprises qui ne sont pas impliquées dans cette affaire de trafic de bois voient leur activité bloquée, car en raison de l'enquête judiciaire en cours, les agents de l'administration forestière ne signent plus, par exemple, les P.V. de chargements qui permettent d'entamer les procédures d'exportation auprès de la douane.

« Tous ceux qui utilisent le port de Owendo sont bloqués, nous explique Françoise Van de Ven, déléguée général de l'UFIGA, dû à l'absence des agents des Eaux et Forêts, au niveau de la brigade d'Owendo. Et donc, à ce jour, depuis le 1er mai, nous sommes de nouveau sans aucun mouvement ».

Les containers de grumes ne peuvent être chargés sur les bateau et les grumes eux-mêmes, qui viennent de la forêt, ajoute Françoise Van de Ven, restent stockés sur le parc.

« En l'absence de signature et de cachet des agents des Eaux et Forêts, ces grumes-là ne peuvent pas être acheminées vers les usines qui sont dans la zone d'Owendo... Le résultat, c'est que les stocks se sont épuisés, 363 agents sont en chômage technique et 760 sont menacés dans un très, très bref délai ».

Plusieurs cadres de l'administration des Douanes et des Eaux et Forêts ont été sanctionnés par le gouvernement et deux hauts responsables politiques limogés dans cette affaire de bois précieux, interdit d'exploitation et dont plus de 353 containers ont disparu.

Gabon

Inquiétude pour quatre membres de la confédération Dynamique unitaire

Au Gabon, la confédération syndicale Dynamique unitaire dénonce une série d'intimidations et… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.