Ile Maurice: «Rogue & Vagabond» - «Mo pa pran lord ek ou. Taler mo pet ou lagel» aurait dit Thierry Lagesse au policier

«Mo pa pran lord ek ou. Taler mo pet ou lagel.» Ce sont les propos qu'aurait tenus l'homme d'affaires Thierry Pierre Joseph Marie Lagesse, 65 ans, et ancien patron de la défunte usine Palmar Ltée, à un jeune policier de la Special Supporting Unit (SSU) après l'avoir bousculé à l'entrée principale des Casernes centrales, hier.

Arrêté pour vagabondage, le sexagénaire, qui a retenu les services de Me Gavin Glover, a été libéré contre une caution. Il devrait donner sa version des faits aujourd'hui. 10 h 20, hier lundi 27 mai. Un policier de 29 ans, affecté à la SSU n05 et habitant Cassis, est en poste à l'entrée principale des Casernes centrales. Il dit avoir arrêté la voiture de Thierry Lagesse, une Bentley bleu marine. L'homme d'affaires devait lui déclarer qu'il se rendait à la Traffic Branch, où il avait rendez-vous. Le policier, en compagnie d'un autre collègue, lui aurait fait comprendre qu'il doit trouver une aire de stationnement à l'extérieur et qu'il pourra par la suite se rendre à son lieu de rendez-vous à pied, en passant par la petite porte.

«Vexé», Thierry Lagesse les aurait insultés, avant de démarrer en trombe dans l'enceinte des Casernes centrales. Il a été pris en chasse à moto par le collègue du policier de 29 ans. Après avoir garé son véhicule devant le poste de police des Casernes, l'homme d'affaires devait se pointer une nouvelle fois à l'entrée principale. Le jeune policier l'aurait réprimandé pour avoir conduit sa voiture au-delà de la limite autorisée.

Pas content, l'ancien patron de la défunte Palmar Ltée aurait poussé le jeune homme de la main droite et l'aurait insulté. Avec l'aide de son collègue, le policier a maîtrisé Thierry Lagesse et l'a conduit au poste.

Le policier a fait une déposition contre le businessman, arrêté et traduit devant le tribunal de Port-Louis pour vagabondage vers 13 heures. Il a été libéré après avoir fourni une caution de Rs 2 000 et signé une reconnaissance de dette de Rs 50 000. La police l'accuse aussi d'agression. L'enquête est placée sous la supervision de l'ASP Gassen Govindareddy.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.