Seychelles: Réactions mitigées après la proposition, par le président des Seychelles, d'un référendum sur le droit de vote des citoyens résidant à l'étranger

Les réactions sont mitigées à la suite de l'annonce faite par le président Danny Faure lundi demandant à la commission électorale d'organiser un référendum pour permettre aux électeurs de décider si les non-résidents pouvaient voter lors des élections aux Seychelles.

Roger Mancienne, le leader de la coalition de l'opposition a déclaré mardi dans un communiqué que les déclarations du président et le référendum proposé n'étaient pas conformes à la Constitution et à la loi.

«Les citoyens des Seychelles résidant à l'étranger n'ont pas été en mesure de voter uniquement parce qu'ils ne pouvaient pas s'inscrire en tant qu'électeurs en vertu de la loi électorale à moins de posséder une carte d'identité nationale et d'avoir résidé dans une région électorale pendant au moins trois mois immédiatement avant l'enregistrement », a déclaré M. Mancienne.

Il a ajouté que «par conséquent, l'affirmation de M. Faure selon laquelle la question doit être réglée par un amendement constitutionnel par le biais d'un référendum est erronée. Cela nécessite seulement une modification de la loi électorale et de la loi sur la carte d'identité nationale. "

LDS soutient que l'organisation d'un référendum ne peut être basée que sur une loi adoptée par l'Assemblée nationale, le pouvoir législatif.

La constitution des Seychelles prévoit une séparation des pouvoirs entre les trois branches du gouvernement - l'exécutif, le législatif et le judiciaire.

LDS a indiqué qu'il communiquerait ses vues à ce sujet à la Commission électorale pour examen urgent.

SNA a sollicité la réaction des membres du public.

Andrew Etheve, 35 ans, a déclaré à la SNA qu'il estimait que les paramètres permettant d'obtenir la citoyenneté étaient trop larges.

«Maintenant qu'ils ont octroyé la citoyenneté seychelloise à des étrangers de gauche à droite, ils veulent faire cela. Le président veut truquer les élections et cela ne fonctionnera pas avec le peuple des Seychelles », a-t-il déclaré.

Jeanne Auguste, 52 ans, a déclaré qu'il y avait beaucoup de problèmes urgents à résoudre dans le pays et qu'elle «ne votera tout simplement pas, car je considère cela comme une perte de temps».

Shania Uzice, un partisan convaincu de l'opposition, a déclaré que cela gaspillait des fonds publics pour une chose déjà garantie par la constitution.

«Combien allons-nous dépenser pour toute la logistique? Sommes-nous prêts pour ce type de logistique lorsque nous prenons trois jours pour voter dans un petit pays comme les Seychelles », a-t-elle demandé.

L'article 14 de la Constitution des Seychelles dispose que tout citoyen âgé de 18 ans révolus a le droit d'être inscrit sur les listes électorales afin d'élire et de voter au secret lors d'élections publiques au suffrage universel et égal.

Simone Bistoquet a déclaré que ce débat se poursuivait depuis des années et "je remercie le président d'avoir organisé le référendum et laissé le soin aux citoyens résidant aux Seychelles de décider."

Anne-Marie Holden du Royaume-Uni a déclaré que vivre à l'étranger ne devrait pas être un motif pour décider si un Seychellois devrait ou non pouvoir voter.

«Tant que vous êtes né aux Seychelles et que vous êtes citoyen, vous devriez être en mesure de voter pour décider d'un avenir prometteur pour votre famille et votre pays d'origine», a déclaré Mme. Holden.

À l'heure actuelle, les Seychelles, un archipel de l'océan Indien occidental, comptent environ 30 000 de ses citoyens vivant à l'étranger.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Seychelles

Plus de: Seychelles News Agency

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.