28 Mai 2019

Guinée: Inquiétudes autour du projet de nouvelle Constitution

La jeunesse semble très critique concernant l'annonce de la rédaction d'une nouvelle Constitution. Cette annonce a, dans la foulée, entraîné la démission du ministre de la Justice.

Les organisations de la société civile redoutent que l'élaboration d'une nouvelle Constitution remette les compteurs à zéro et autorise le président Alpha Condé à se représenter en octobre 2020, lors de la prochaine élection présidentielle.

"C'est une folie de trop. Nous avons la majorité des Guinéens avec nous et nous continuons à travailler sur des stratégies d'informations, de sensibilisation et de mobilisation. Et nous ferons en sorte que ce rêve diabolique, suicidaire et démoniaque ne puisse pas voir le jour en Guinée. Et dans ce sens, nous paierons tous les prix citoyens qu'il faut afin qu'on ne transforme pas cette République en monarchie", prévient Sékou Koundouno, le président de la plateforme de jeunesse Balai Citoyen.

Le pied dans le plat

La polémique liée à la modification de la Constitution est apparue à la suite de la suggestion faite par l'universitaire Togba Zogbelemou. Selon cet ancien ministre de la Justice, la Guinée doit se doter d'une nouvelle Constitution. Celui-ci estime ainsi que l'actuelle Constitution ne répond plus aux réalités du pays.

C'est en plein débat sur l'opportunité ou non de réviser ou de rédiger une nouvelle Constitution que l'ancien ministre guinéen de la Justice, Cheick Sako, a présenté sa démission au président Alpha Condé.

Dans la lettre qu'il a adressée au chef de l'Etat, le désormais ex-ministre a justifié sa démission, faute de réponse du président Alpha Condé à sa demande, lors d'un entretien le 4 avril, de le remplacer dans les fonctions qu'il exerce depuis près de cinq ans et demi.

L'annonce de la démission de l'ex ministre de la Justice a été accueillie avec satisfaction par le Front national pour la défense de la Constitution (FNDC), créé en avril pour s'opposer à un troisième mandat.

Cette démission confirme les soupçons visant M. Condé de "vouloir modifier ou changer la Constitution pour se maintenir au pouvoir à vie", a déclaré un des leaders du FNDC.

Il en appelle aux autres membres du gouvernement et des institutions "pour qu'ils se désolidarisent de ce projet maléfique de troisième mandat".

Guinée

Forum du secteur privé - Alpha Condé accuse les cadres du retard de la Guinée

C'est au lancement du forum du secteur privé lundi 22 juillet 2019 à Conakry que le président de la… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Deutsche Welle

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.