Nigeria: Muhammadu Buhari entame son second mandat

President Muhammadu Buhari.

Lors de sa précédente investiture, l'ancien général avait promis d'anéantir Boko Haram. Quatre ans plus tard, les islamistes continuent leurs méfaits et la situation sécuritaire s'est dégradée dans l'ensemble du pays.

Malgré la délocalisation du quartier général de l'armée nigériane et de son chef d'état-major à Maiduguri, bastion de Boko Haram, comme exigé par le président Buhari lors de sa prise de fonction en 2015, le terrorisme n'a pas reculé dans le pays. Ainsi, Leah Sharibu, enlevée en compagnie d'une centaine de filles dans la localité de Daptchi, est toujours en captivité car elle a refusé de se convertir à l'islam. Les autres filles, qui ont accepté de le faire, ont été libérées.

Jude Opara, expert en sécurité, préconise le renouvellement des officiers supérieurs nigérians : "Les officiers supérieurs sont en fonction depuis quatre ans et les choses vont de mal en pis. Ces mêmes officiers sont retenus après expiration de leurs années de service. Ce n'est pas bien. Il n'y a pas de progrès au sein des forces armées. Il serait mieux d'injecter du sang neuf."

"Je suis surpris de savoir que le général qu'on a applaudi parce qu'il a annoncé vouloir mettre fin à Boko Haram en trois mois, est loin du but", observe encore Jude Opara. "Depuis sa prise de fonction, il n'a arrêté personne, pas même le parrain. Il faut battre le fer quand il est chaud, il faut prendre le taureau par les cornes, on tue le serpent par la tête et le gouvernement doit savoir comment traquer les parrains et les traduire devant les tribunaux."

En plus de la lutte contre le terrorisme, Muhammadu Buhari aura plusieurs dossiers à traiter durant son second mandat. Ainsi, la lutte contre la corruption contre laquelle il vient de faire une déclaration musclée, les conflits entre éleveurs et agriculteurs, l'insécurité grandissante avec la recrudescence des enlèvements et surtout la relance de l'économie nigériane.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Deutsche Welle

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.