29 Mai 2019

Cameroun: Le gouvernement se veut rassurant sur la crise anglophone

Photo: wikipédia
Bamenda ville du nord ouest au Cameroun épicentre de la crise anglophone.

Devant les ambassadeurs étrangers à Yaoundé, mardi 28 mai, le ministre des Relations extérieures Lejeune Mbella Mbella a tenté de rassurer sur la volonté du gouvernement de mettre un terme à la crise sociopolitique en zone anglophone, tout en rejetant toute intervention extérieure.

Le ministre camerounais des Relations extérieures Lejeune Mbella Mbella s'est livré à un exercice d'explication du mode de gestion de la crise anglophone. Face à un auditoire de choix composé d'ambassadeurs et autres diplomates étrangers accrédités à Yaoundé, Lejeune Mbella Mbella, a d'abord tenu à assurer que l'option militaire n'emporterait pas la préférence du gouvernement. Mais qu'il s'agissait bien de dialoguer.

Selon lui, ce dialogue est d'ailleurs en cours depuis le déclenchement du conflit. Prenant la défense de l'armée, régulièrement montrée du doigt pour des violations des droits humains dans les deux régions, il a dit l'étonnement du gouvernement et insisté sur le fait que les forces de défense et de sécurité sont mobilisées et déployées sur le terrain pour « la restauration de l'ordre, la préservation de l'intégrité territoriale et la protection des personnes et des biens », face à ce qu'il considère en revanche comme « les exactions des mouvements sécessionnistes et terroristes », porteurs d'un projet « pernicieux d'atteinte à l'intégrité territoriale du Cameroun et au renversement des institutions ».

Sur un ton ferme, l'ancien ambassadeur du Cameroun en France a fait savoir que « la situation qui prévaut dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, bien préoccupante, n'est pas de nature à menacer la paix et la sécurité internationale ».

Une manière d'indiquer que face aux pressions internationales, Yaoundé n'entend pas se laisser dicter une conduite dans la résolution du conflit. « La solution sera camerouno-camerounaise », a-t-il martelé, alors que de plus en plus de voix appellent à une intervention de la communauté internationale.

En savoir plus

Crise anglophone - Le président des jeunes de l'UNDP démissionne

C'est par le canal d'une lettre de démission adressée au président national de son parti politique… Plus »

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.